ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Conseils d’argent | Fiscalité

Ménage d’été dans votre fiscalité

Mis à jour le 13 juil 2024
Ghislain Brissette
par Ghislain Brissette
Spécialiste en planification successorale, impôt au décès et succession
Ménage d’été dans votre fiscalité
  • Le début de l’été est une période idéale pour faire des modifications afin de réduire la charge fiscale et d’optimiser les diverses prestations sociofiscales (remboursent de la TPS, crédit solidarité, allocation canadienne pour enfants, etc.).
  • Profitons-en pour revoir quelques notions de base concernant le revenu gagné et les revenus de placements.

Ce texte a été rédigé par Ghislain Brissette, ADM.A, TEP, spécialiste en planification successorale, impôt au décès et succession.

La première chose à faire en cette période est de regarder les avis de cotisations reçus du fédéral et du Québec.

Certaines informations importantes s’y retrouvent, comme les sources de revenus.

Les revenus de placements

Les revenus de placements sont des revenus imposables qui s’ajoutent aux autres revenus comme le salaire, le revenu de pension, etc.

Les revenus de placements proviennent des comptes d’épargne, d’obligations, de dépôts à terme, de fonds communs de placement (souvent appelés fonds mutuels), d’actions, etc.

Ils s’accumulent tout au long de l’année et s’ajoutent aux autres revenus.

En fin d’année, ces différents revenus peuvent influencer de façon importante les montants d’impôts à payer ou à recevoir.

Il donc important d’optimiser la fiscalité, et cela passe par une efficience du portefeuille de placements.

Avec l’aide d’un planificateur financier ou d’un autre professionnel de la finance, on peut organiser ses placements hors REER pour minimiser les revenus de placements

Seuls les comptes non enregistrés génèrent des revenus de placements imposables.

Au contraire, les «régimes» tels que

  • régime enregistré d’épargne retraite (REER);
  • compte d’épargne libre d’impôt (CÉLI); et
  • régimes d’épargne-étude (REEE)

produisent des revenus de placements qui ne sont imposables, du moins pas sur une base annuelle.


Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque mois l’infolettre InfoBref Votre argent. Elle est gratuite: abonnez-vous ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Quels sont les effets d’avoir des revenus de placements?

Ils peuvent réduire ou annuler le crédit pour la TPS et le crédit solidarité.

Ils peuvent réduire le pourcentage de remboursement des frais de garde d’enfants.

Ils peuvent faire en sorte qu’un retraité perde en partie ou en totalité sa pension de la sécurité de la vieillesse.

  • Pour les retraités avec un revenu plus faible, les revenus de placements peuvent leur faire perdre le supplément du revenu de retraite au fédéral.

Dans certains cas, ils peuvent obliger un contribuable à payer des acomptes provisionnels.

Tous ces impacts sont vrais pour toutes les catégories de ménages, y compris les personnes habitant seules et les familles monoparentales.

L’optimisation du portefeuille de placements est donc importante, afin de minimiser l’imposition des revenus reçus et de maximiser les remboursements d’impôts.


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 5 minutes? C’est ce que vous offre notre infolettre InfoBref Matin. Essayez-la et voyez pourquoi plus de 22 000 Québécois·es la reçoivent chaque jour: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Le revenu gagné et le RÉER

Hors des revenus de placements, plusieurs stratégies peuvent être mises en place pour minimiser les impôts.

La plus connue est la contribution à un REER.

Vous pouvez contribuer à un REER 18% de votre revenu gagné jusqu’à un maximum de contribution de 31 560 $ pour 2024 – ce qui correspond à un revenu gagné de 175 000 $.

Le revenu gagné est la somme de certains revenus tels que: le salaire brut, le revenu net de travail autonome, le revenu net de revenu locatif, etc.

  • Les revenus de placements ne sont pas considérés comme du revenu gagné.

Les droits de contribution au REER s’accumulent depuis 1990.

Donc, si vous n’avez pas fait toutes les contributions auxquelles vous aviez droit depuis 1990, vous avez un montant qui s’est accumulé.

Votre avis de cotisation du fédéral vous indique ce droit de cotisation.

Les montants que vous contribuez à un REER sont déduits de votre revenu imposable.

La déduction du REER est avantageuse pour la majorité des contribuables, parce que:

  • ils en profitent durant leur vie active, qui est normalement la période pendant laquelle ils travaillent, ont un revenu plus élevé, et sont donc assujettis à un taux marginal d’imposition plus élevé;
  • et elle leur permet de décaisser les montants qu’ils ont contribués (augmentés du rendement obtenu et accumulé à l’abri de l’impôt) durant leur retraite, lorsque leur revenu global est généralement plus faible.

Ghislain Brissette signe, un mois sur deux, une chronique sur la fiscalité dans l'infolettre InfoBref Votre argent
Pour des conseils pour vos impôts (particuliers, décès, succession et entreprise) et pour votre planification fiscale et successorale, consultez Ghislain Brissette à www.gbfiscalite.com ou au 450-333-8885.

Ghislain Brissette