Comment la croissance des applications de courtage pendant la pandémie transforme le comportement des marchés boursiers

par Alain McKenna

L’application WealthSimple

  • Le nombre d’utilisateurs de l’outil de gestion de portefeuille automatisée Wealthsimple a augmenté de 24% depuis avril.
  • Cette application financière canadienne ne permet que depuis peu d’acheter directement des actions, rejoignant son homologue américaine Robinhood, et à mesure qu’elles gagnent en popularité, les deux contribuent à changer le comportement des marchés boursiers.

Wealthsimple (qui vient d’obtenir un financement de 114 millions $) répartit à la base l’épargne de ses clients au sein de fonds indiciels qui reproduisent le comportement en bourse de plusieurs sociétés regroupées.

  • Certains analystes y voient un risque: plus ces fonds sont populaires, plus les stratégies des investisseurs sont homogènes — tous achètent ou vendent les mêmes actions en même temps — ce qui pourrait favoriser les bulles spéculatives et accentuer les corrections de marchés.

Robinhood a un impact presque opposé: ses tactiques de ludification incitent ses utilisateurs à acheter sans trop y réfléchir des actifs boursiers complexes et risqués, explique à InfoBref Pierre-Olivier Langevin, associé chez GPS Medici:

  • «Cela rend la Bourse trop facilement accessible à des nouveaux venus qui ne comprennent pas toujours bien ce dans quoi ils investissent.»

Cette incompréhension des rouages de la bourse explique des phénomènes étranges, comme le rebond boursier de sociétés pourtant en faillite comme Eastman Kodak et Hertz plus tôt cet été, ajoute le gestionnaire de portefeuille montréalais.

Pierre-Olivier Langevin donne aussi l’exemple de la hausse du cours de l’action de Tesla juste avant son fractionnement: «de petits investisseurs ont dû penser qu’ils recevraient gratuitement quatre nouvelles actions pour chaque action qu’ils avaient déjà, alors que ça ne faisait que diviser sa valeur en cinq.»

Alain McKenna

Dernières nouvelles