Entrevue

Comment expliquer la hausse record du nombre d’infections au Québec et que peut faire le gouvernement?

Publié le 8 nov. 2020
par Johanna Sabys

Le professeur de l’École de santé publique de l’Université de Montréal Benoit Mâsse (Photo: Amélie Philibert)

  • Le Québec a établi un nouveau record hier avec 1397 nouveaux cas confirmés, alors que 9 décès ont été enregistrés et 527 personnes sont actuellement hospitalisées.
  • Le gouvernement Legault doit mettre les bouchées doubles sur le traçage des contacts et il devra peut-être ajuster les mesures sanitaires, explique à InfoBref le professeur en santé publique Benoît Mâsse.

Selon le professeur Mâsse, deux causes peuvent expliquer le nouveau record de cas enregistrés en une journée:

  • La nouvelle stratégie de dépistage du gouvernement est plus efficace et centrée sur les lieux d’éclosions. Elle pourrait expliquer un plus grand nombre de tests positifs.
  • Le manque d’expérience des régions, qui ont été épargnées lors de la première vague. Contrairement au grand Montréal, elles n’avaient pas encore développé les bons réflexes de protection.

Ces facteurs atténueraient un peu la gravité de la contagion.

Toutefois, on pourra considérer que l’épidémie reprend si le nombre d’hospitalisations dépasse le seuil de 600 dans les jours qui viennent, affirme Benoît Mâsse.   

Québec doit surtout miser sur le traçage des contacts

  • C’est l’outil clé vers un déconfinement: un meilleur traçage pourrait faire baisser les nombres d’infections et, par conséquent, d’hospitalisations et de décès.
  • Même si la campagne de vaccination commence en mai l’année prochaine, on aura besoin d’un traçage efficace pendant un ou deux ans.

Au travail, le gouvernement pourrait viser de nouveaux travailleurs non essentiels – comme le milieu de la construction, où il y a eu de nombreuses éclosions, note Benoît Mâsse. 

Dans les écoles, où les élèves de secondaire 3 doivent suivre leurs cours de la maison un jour sur deux depuis une semaine, il faudra attendre au moins une semaine de plus pour voir les effets de cette mesure.

Le gouvernement pourrait imposer une mesure similaire aux secondaires 1 et 2, ou faire suivre l’intégralité des cours à distance aux secondaires 4 et 5.

[Voici les mesures qui s’appliquent en zone rouge]

Johanna Sabys