ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Entrevue

À peine ouvert, le Club Med de Charlevoix suscite la controverse

Mis à jour le 31 mars 2022
par Félix Côté
À peine ouvert, le Club Med de Charlevoix suscite la controverse

(Source: Google Maps)

  • Officiellement ouvert depuis le 3 décembre, le Club Med Québec Charlevoix est classé comme un «centre de vacances», ce qui lui évite de facturer à ses clients une taxe sur l’hébergement de 3,5%. 
  • L’Association Hôtellerie Québec (AHQ) juge «inacceptable» que le Club Med Charlevoix puisse se soustraire à cette taxe. «C’est assez surprenant qu’un gros joueur comme Club Med ait obtenu cette classification, qui est normalement réservée à des établissements comme des camps de vacances pour les jeunes», explique à InfoBref Véronyque Tremblay, PDG de l’AHQ et ancienne ministre provinciale déléguée aux Transports.

La taxe sur l’hébergement de 3,5% s’ajoute au prix de chaque nuitée vendue dans une chambre, un appartement, un chalet ou une maison. 

  • Cette taxe sert à soutenir l’industrie touristique québécoise, notamment en finançant des campagnes publicitaires pour attirer les touristes.   
  • Certaines catégories d’établissements, comme les campings, les auberges et les centres de vacances, ne sont pas soumises à cette taxe.

Entrepreneur·es, restez à l’affût des nouvelles économiques, financières, technologiques et politiques qui vous concernent en seulement quelques minutes par jour: abonnez-vous à l’infolettre gratuite d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Le Club Med Charlevoix n’est pas un hôtel, mais un «centre de vacances», selon la Corporation de l’industrie touristique du Québec (CITQ), qui octroie les classifications d’hébergement touristique. 

Mais l’AHQ croit l’inverse.

  • Selon Véronyque Tremblay, «l’offre de services du Club Med n’a aucun lien avec la définition d’un centre de vacances».
  • «L’esprit de la loi fait plutôt référence à des camps de vacances pour les jeunes. Mais, admet-elle, c’est clair qu’il y a des choses à modifier dans la loi actuelle.»
Félix Côté