ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Marché IMMOBILIER

L’année 2024 sourira-t-elle aux premiers acheteurs?

Publié le 9 fév 2024
Félix Côté
par Félix Côté
Journaliste
L’année 2024 sourira-t-elle aux premiers acheteurs?

(Source: Unsplash)

  • En 2023, l’inflation et la hausse des taux d’intérêt ont eu l’effet d’une douche froide sur les jeunes ménages qui se préparaient à acheter une première propriété. Beaucoup d’aspirants premiers acheteurs ont dû mettre sur la glace leur projet de devenir propriétaire.
  • Mais quelques lueurs d’espoir pointent à l’horizon, car plusieurs prévisions laissent penser que la difficulté d’acheter une propriété pourrait s’atténuer dans les prochains mois. 

Les prévisions concernant les taux d’intérêt est le signe le plus encourageant.

Selon les économistes sondés par l’agence Bloomberg, la Banque du Canada pourrait commencer à baisser son taux directeur à partir du deuxième trimestre. 

  • Les économistes s’attendent à une baisse progressive: le taux directeur pourrait passer de 5% à 3% entre le deuxième trimestre cette année et le deuxième trimestre l’an prochain.

Ce serait une bonne nouvelle pour les premiers acheteurs, car une baisse du taux directeur entrainera automatiquement une baisse du coût de financement des hypothèques.

Les prévisions quant aux prix des maisons envoient également des signes positifs pour les premiers acheteurs. 

Le prix médian des maisons unifamiliales vendues au Québec devrait rester pratiquement le même que l’an dernier, soit 411 300 $, selon l’Association professionnelle des courtiers immobiliers du Québec (APCIQ).

À ce prix, le paiement mensuel d’une hypothèque pour financer une maison, avec une mise de fonds minimale de 5% et un taux d’intérêt de 5,7% (que procure actuellement le marché), est de 2528 $. 

Le paiement mensuel sera moins élevé de:

  • 234 $ si le taux d’intérêt baisse de 1%
  • 456 $ si le taux d’intérêt baisse de 2% 

Dans ses plus récentes prévisions, le service économique de l’APCIQ prévoit, comme le panel d’économistes sondés par Bloomberg, que les taux d’intérêt vont entamer un cycle baissier cette année. 

Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque mois l’infolettre InfoBref Votre argent. Elle est gratuite: abonnez-vous ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Les prévisions salariales ont également de quoi rassurer les premiers acheteurs.

Les employeurs du Québec prévoient d’accorder, en moyenne, des augmentations salariales de 3,7% cette année, selon l’Ordre des conseillers en ressources humaines agréés (CRHA).

Cette augmentation permettrait à la moyenne des salariés d’améliorer leur pouvoir d’achat. 

  • Selon plusieurs prévisions, l’inflation sera moins élevée que la progression salariale moyenne attendue par le CRHA. 
  • Par exemple, dans la dernière enquête trimestrielle de la Banque du Canada, les entreprises canadiennes s’attendent en moyenne à ce que les prix aient augmenté de 3,4% d’ici 1 an.

Mais attention: la partie n’est pas gagnée d’avance pour les premiers acheteurs.

Il ne s’agit ici que de prévisions. 

Certains facteurs pourraient nuire à l’accessibilité à la propriété, et donc nuire aux premiers acheteurs. 

  • Par exemple, la baisse des coûts d’emprunt pourrait augmenter le bassin d’acheteurs, ce qui pourrait pousser les prix à la hausse.

Quant aux prix des maisons, l’APCIQ prévoit quand même des augmentions dans certaines régions. 

  • C’est le cas à Québec, où l’augmentation prévue est de 5%. 
  • À Montréal, le prix des maisons augmenterait de 2%. 

C’est sans parler des hausses de taxes municipales, qui varient d’une région à l’autre. 

  • Elles ont récemment augmenté de 3,9% à Québec et de 4,9% à Montréal. 

Même si un rayon de soleil point à l’horizon, les premiers acheteurs ne s’en sortiront pas sans calculer un budget qui tient compte de tous ces facteurs.

Pour recevoir régulièrement cette chronique «Marché Immobilier», abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent: chaque mois, vous recevrez des conseils pour gagner plus, dépenser mieux et investir plus efficacement. Inscrivez-vous gratuitement ici ou cliquez Infolettres en haut à droite

Félix Côté