ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Conseils pour vos FINANCES

Les paradoxes et contradictions de Warren Buffett

Publié le 20 oct. 2023
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref
Les paradoxes et contradictions de Warren Buffett

Warren Buffett (Source: Capture d’écran CNBC / YouTube)

  • En analysant les déclarations passées du légendaire investisseur Warren Buffett et quelques-uns de ses gestes, on peut déceler des contradictions lourdes de sens. Elles n’enlèvent rien à ses succès, mais démontrent qu’il n’est ni prophète ni infaillible.
  • Avec une carrière de près de 70 ans, il est le cerveau derrière la prospérité extraordinaire de Berkshire Hathaway, qui a donné des rendements annuels moyens de plus de 20% depuis 1965.

Faites ce que je dis, pas ce que je fais

L’un des conseils couramment dispensés par Warren Buffett est d’investir dans des fonds indiciels qui répliquent le S&P 500.

Selon lui, la plupart des investisseurs obtiendront de meilleurs rendements en suivant cette stratégie passive plutôt qu’en essayant de battre le marché.

Ironiquement, ses succès sont le résultat de la gestion active.

Voici une de ces déclarations à ce sujet:

«Quoi de plus avantageux dans une compétition intellectuelle — que ce soit au bridge, aux échecs ou dans la sélection d’actions — que d’avoir des adversaires à qui l’on a appris que penser est une perte d’énergie?»

Cette phrase provient de la lettre annuelle aux actionnaires de Berkshire Hathaway publiée en 1984.

Buffett y critiquait des universitaires qui préconisaient l’approche purement passive basée sur la théorie de l’efficience du marché.

  • Elle postule que les prix de toutes les actions reflètent en permanence toutes les informations disponibles, rendant ainsi inutile l’analyse des investissements.

Quelques années plus tard… il vire capot, et il n’hésite plus à recommander l’achat de l’indice.

Je note que, depuis le début des années 2000, Berkshire Hathaway (NYSE: BRK) représente une portion importante du S&P 500.

  • En recommandant l’indice, Buffett encourage directement la croissance des actions de BRK.

Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque mois l’infolettre InfoBref Votre argent. Elle est gratuite: abonnez-vous ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Concentrez-vous… sur la diversification

Buffett a souvent critiqué la notion de diversification, affirmant qu’elle «…est une protection contre l’ignorance».

Pourtant, le S&P 500 est un indice diversifié, composé de 500 entreprises représentant divers secteurs de l’économie américaine.

Berkshire Hathaway est elle-même un exemple de diversification: la société possède des investissements dans plus de 60 entreprises différentes, allant de la technologie à la santé, en passant par les services financiers, les produits de luxe et l’énergie.

Virage technologique à 180 degrés

Pendant des années, Buffett a évité les actions technologiques, affirmant ne pas comprendre ces entreprises.

  • Il n’utilise personnellement ni ordinateur, ni tablette, ni téléphone intelligent.

Pourtant, ces dernières années, il a pris des positions importantes dans des entreprises comme Apple et Amazon.

Ce changement soudain doit-il être vu comme une contradiction, une évolution naturelle de sa philosophie, ou un exemple flagrant de FOMO (Fear of missing out), soit la crainte de manquer le bateau?


Pour l’essentiel des nouvelles et tendances en affaires, finances et technologies, abonnez-vous ici aux infolettres gratuites d’InfoBref ou en cliquant le bouton Infolettres en haut à droite


Évitez les obligations, pendant que j’en achète…

Warren Buffett a maintes fois suggéré aux investisseurs à long terme de privilégier les actions plutôt que les obligations.

Pourtant, à divers moments, sa société Berkshire Hathaway a détenu des obligations.

  • Par exemple, pendant la crise financière de 2008, elle a acheté des obligations de Goldman Sachs et General Electric, avec des conditions particulièrement avantageuses.

De plus, dans le passé, Berkshire Hathaway a détenu des obligations de municipalités, d’État et du Trésor américain dans son portefeuille, notamment pour des raisons de diversification (protection contre l’ignorance?) et de gestion du risque.

Comme tout être humain, Buffett est sujet à des contradictions.

Mais son principal objectif reste évidemment de maximiser la valeur pour les actionnaires de Berkshire Hathaway.

  • Même, si pour ce faire il doit parfois ravaler ses paroles.

Pour recevoir la chronique Conseils pour VOS FINANCES de Fabien Major chaque mois dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Fabien Major