ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Conseils pour vos FINANCES

5 erreurs couteuses à éviter dans vos investissements

Publié le 4 nov. 2022
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref

[crédit photo: elisa Ventur | Unsplash]

  • La plus récente compilation trimestrielle de JP Morgan Asset Management sur le rendement moyen à long terme des investisseurs montre qu’ils peinent à engendrer des gains supérieurs à l’inflation.
  • Depuis 20 ans, jamais les frais financiers n’ont été aussi faibles. Pourtant, l’investisseur moyen ne parvient à dégager qu’un rendement annuel moyen de 3,6%. Les comportements de l’investisseur expliquent en grande partie ce piètre résultat. En voici 5 à éviter.

Dans son analyse mensuelle Guide to the markets, la division de gestion de capitaux de la banque américaine JP Morgan présente ce mois-ci les rendements annualisés moyens des différentes classes d’actifs depuis 2002, du point de vue d’un investisseur américain:

Rendement annuel moyen, de 2020 à 2022

fiducies de placements immobiliers (FPI, ou REIT pour Real estate investment trusts)11,2%  
indice S&P 500 (actions de grandes sociétés)9,5%
actions de sociétés à petite capitalisation9,4%
obligations à haut rendement8,2%
portefeuille équilibré avec 60% d’actions et 40% d’obligations7,4%
portefeuille constitué à 100% d’obligations4,3%
immobilier (valeur des résidences)4,2%

Mais pourquoi donc l’investisseur moyen ne récolte-t-il de son côté que 3,6% par an avec ses économies?

Depuis les débuts des marchés boursiers, les réponses ne changent pas. Ce sont souvent les émotions qui le guident vers des traquenards.

Voici les 5 erreurs les plus courantes que j’observe.


­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque samedi nos conseils de finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


1 ) Faire de mauvais choix au mauvais moment

À long terme, les investisseurs récoltent beaucoup moins que le marché, car ils achètent APRÈS les montées, et retirent leurs capitaux PENDANT les replis.

De plus, ils achètent massivement les titres vedettes.

  • Or, ce qui monte plus vite a tendance à chuter plus brutalement
  • Cette année, les actions de style croissance comme les technos sont aussi malmenées que les cryptos.

Avec ces transactions dictées par les émotions, ils restent investis moins de temps que ne dure un cycle économique complet.

2 ) Ne pas profiter des baisses du marché  

De nombreux investisseurs cessent d’investir systématiquement lorsque les marchés reculent.

Pourtant, c’est probablement le meilleur moment pour acheter et même, ce sera opportun d’augmenter ses contributions automatiques.

Il faut voir les baisses comme des aubaines.

Malgré des soldes de 25 à 35%, la peur dicte des réactions primaires comme la fuite. 


L’essentiel des nouvelles importantes chaque matin en 5 minutes? C’est ce qu’offre notre infolettre InfoBref Matin. Essayez-la et voyez pourquoi plus de 10 000 Québécois·es la reçoivent chaque jour:
abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


3 ) Ne pas s’intéresser aux obligations

Négliger les obligations est certainement une erreur importante.

Les taux fédéraux directeurs pavent la voie à des rebonds techniques quasiment aussi importants que les rendements des actions. Se fier aux rendements passés des FNB et fonds d’obligations n’est d’aucune utilité.

L’avenir de cette catégorie sera fort différent des dernières années.

4 ) Chercher conseil à la mauvaise place

En plus d’avoir les yeux rivés sur les mouvements quotidiens des indices boursiers, ce qui n’est absolument pas recommandable, l’investisseur plumé de 2022 recherche sur les réseaux sociaux des idées ou commentaires confortant son opinion.

Ils se fient sur des blogueurs, podcasteurs et influenceurs… qui les dirigent parfois vers des produits des partenaires qui les commanditent.


Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque samedi l’infolettre InfoBref Votre argent : abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


5 ) Emprunter pour prendre des risques en bourse

La gaffe des gaffes est selon moi de tenter de minimiser ses pertes en «empruntant» sur marge au début du marché baissier.

  • Le déni est très fort chez l’investisseur convaincu d’avoir du flair.
  • Après un premier recul important, il tentera de se refaire.
  • Il peut alors avoir la très mauvaise idée de contracter un prêt à l’investissement… et ajouter à son investissement dans des actions qui vont continuer à baisser.

Comme les taux d’intérêt sont en hausse, pour un investisseur endetté, imaginez un peu la catastrophe.

Pour recevoir la chronique Conseils pour vos finances de Fabien Major chaque samedi dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Fabien Major