ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Bilan mensuel de la BOURSE

Juillet 2022: l’économie américaine au bord d’une récession

Publié le 2 août 2022
Anthony Ménard
par Anthony Ménard
CFA, vice-président, gestion des données chez Inovestor
  • Les données préliminaires montrent que l’économie américaine a subi un repli pour un second trimestre consécutif. Si ces données sont validées d’ici deux mois, les États-Unis seront, selon la définition utilisée par les économistes, en récession.
  • En juillet, l’indice canadien S&P/TSX a augmenté de 4,7%, l’indice américain S&P 500 a rebondi de 9,2%, et les actions internationales ont été en hausse de 3,5%.

Au terme de la période de 12 mois terminée le 29 juillet:

  • le S&P/TSX a baissé de 0,2%;
  • le S&P 500 a reculé de 4,6%;
  • les actions internationales représentées par l’indice MSCI ACWI ex USA ont chuté de 14,8%

Pour le mois de juillet:

  • Les meilleurs secteurs du TSX ont été l’industrie, les technologies de l’information et la consommation discrétionnaire, respectivement en hausse de 10,3%, 9,8% et 8,2%.
  • Les secteurs les moins performants ont été la santé, les télécommunications et les matériaux, respectivement en baisse de 7,6%, 1,5% et 0,6%.

Inovestor offre une plateforme de recherche pour les titres boursiers nord-américains. Accélérez et facilitez vos décisions d’investissement, le suivi de votre portefeuille et la communication de ces décisions à de potentiels clients: inscrivez-vous gratuitement à la plateforme d’Inovestor.

Saison des résultats américains

En date du 29 juillet, un tiers des compagnies du S&P 500 avaient annoncé leurs résultats trimestriels.

Jusqu’à présent, les résultats ont été un peu meilleurs que les attentes.

  • Il faut mentionner que le marché avait beaucoup révisé à la baisse les attentes de revenus et de profits.

L’inflation semble avoir grugé un peu les profits; mais elle a aussi, d’un autre côté, gonflé les revenus.

Économie américaine

Le ralentissement de la croissance du PIB américain ne semble pas venir avec les impacts anticipés d’une récession classique.

  • Les profits des entreprises sont en bonne santé.
  • Le taux de chômage est à un creux historique.
  • Les États-Unis ont enregistré une croissance estimée sur 12 mois de 1,6%, ce qui reste respectable. En comparaison, la croissance était de 0,2% pendant le creux de 2002, et l’économie américaine s’était contractée de 4% pendant le creux de 2009.

La croissance mesurée les derniers trimestres pourrait être, en quelque sorte, sous-évaluée, parce qu’on la compare à la forte croissance de l’année précédente, alors que l’économie sortait de la pandémie.

D’un point de vue plus pessimiste, la hausse des taux d’intérêt à travers le monde commence à peine à se faire ressentir.

  • Le resserrement des conditions financières pourrait étouffer la croissance économique.

­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque samedi nos conseils de finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Taux d’intérêt

Le 6 juillet, la Banque du Canada a augmenté son taux directeur de 1% alors que le marché s’attendait à une hausse de 0,75%.

  • La banque centrale a démontré ainsi sa motivation à éradiquer l’inflation élevée.

Le 25 juillet, la Réserve fédérale américaine a augmenté son taux des fonds fédéraux de 0,75%.

Le taux d’emprunt des banques centrales canadiennes et américaines est désormais à 2,5%.

L’inflation continue d’accélérer.

  • La dernière donnée d’inflation a atteint 8,1% au Canada (7,7% précédemment), et 9,1% aux États-Unis (8,6% précédemment).
Anthony Ménard