ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Bilan mensuel de la BOURSE

Février 2024: les bourses continuent leur ascension suivant les résultats canadiens

Publié le 8 mars 2024
Anthony Ménard
par Anthony Ménard
CFA, vice-président, gestion des données chez Inovestor
Février 2024: les bourses continuent leur ascension suivant les résultats canadiens
  • En février, l’indice canadien S&P/TSX a été en hausse de 1,8%, l’indice américain S&P 500, de 5,3%, et l’indice des actions internationales, de 2,5%.
  • Les compagnies énergétiques canadiennes, un secteur-clé de l’indice S&P/TSX, ont obtenu des résultats meilleurs qu’attendu.

Au terme de la période de 12 mois terminée le 29 février:

  • le S&P/TSX était en hausse de 9,2%;
  • le S&P 500, en hausse de 30,5%; et
  • les actions internationales, représentées par l’indice MSCI ACWI ex USA, en hausse de 13,1%.

En janvier, les meilleurs secteurs du TSX ont été l’énergie, la santé et l’industrie, en hausse de respectivement 8,0%, 7,6% et 5,6%.

Les secteurs les moins performants ont été les télécommunications, les services publics et les matériaux, en baisse de respectivement 4,7%, 2,3% et 2,1%.


Des conseils en finances personnelles, investissement, immobilier et consommation? C’est ce que vous offre chaque mois l’infolettre InfoBref Votre argent. Elle est gratuite: abonnez-vous ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Saison des résultats des entreprises canadiennes

Les fluctuations boursières entourant les résultats des sociétés canadiennes ont été assurément moins volatiles que celles liées aux résultats des sociétés américaines.

Malgré tout, certains titres, tel que Shopify (TSX: SHOP), en baisse de 12,5% suivant l’annonce des résultats de la société, n’y ont pas échappé.

Les sociétés énergétiques faisaient face à des défis évidents avant le dévoilement de leurs résultats.

Le baril de pétrole Western Texas Intermediate (WTI), la référence américaine pour le pétrole, s’est échangé en moyenne:

  • à 82,50 $US au 4e trimestre de 2022
  • comparativement à 78,50 $US au 4e trimestre de 2023.

Le cours moyen depuis le début de l’année est 75,30 $US.

Inovestor offre une plateforme de recherche pour les titres boursiers nord-américains. Accélérez et facilitez vos décisions d’investissement, le suivi de votre portefeuille et la communication de ces décisions à de potentiels clients: inscrivez-vous gratuitement à la plateforme d’Inovestor.

Le marché du gaz naturel a connu une déconfiture alors qu’à la fin de 2022, les effets de la pandémie se faisaient toujours ressentir.

Le gaz naturel aux États-Unis (Henry Hub) s’est échangé en moyenne:

  • à 2,90 $US au 4e trimestre de 2023
  • comparativement à 6,10 $US au 4e trimestre de 2022.

Le cours moyen depuis le début de l’année est de 2,30 $US.

Les sociétés énergétiques ayant davantage de revenus associés à l’exploitation du gaz naturel ont été davantage affectées, mais les attentes reflétaient déjà cette dure réalité.

Inflation

Au Canada, l’inflation sur 12 mois a diminué de 3,4% en novembre 2023 à 2,9% en décembre.

L’inflation mensuelle en janvier a été nulle, ce qui continue la tendance des derniers mois.

  • L’indice des prix à la consommation au Canada reste essentiellement inchangé depuis juillet 2023.

L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 5 minutes? C’est ce que vous offre notre infolettre InfoBref Matin. Essayez-la et voyez pourquoi plus de 20 000 Québécois·es la reçoivent chaque jour: abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Taux d’intérêt

Le mercredi 6 mars, la Banque du Canada a maintenu son taux directeur à 5%.

Elle a justifié sa décision par l’inflation fondamentale, qui demeure entre 3 et 3,5%.

Toutefois, certains économistes, dont Clément Gignac, ancien économiste en chef d’Industrielle Alliance et actuellement sénateur, pensent que la Banque du Canada en a fait suffisamment, en tenant compte de l’effet à retardement de la politique monétaire.

Les budgets des provinces et du fédéral, qui doivent être annoncés très prochainement, auront assurément un impact sur les décisions de la Banque du Canada.

  • Des budgets conservateurs favoriseraient des baisses de taux.
  • Des budgets dépensiers favoriseraient au contraire un maintien des taux.

Recevez chaque début de mois un bilan de la bourse dans l’infolettre gratuite InfoBref Votre argent, qui vous offre chaque mois des informations et conseils d’experts en finances personnelles et consommation. Abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez Infolettres en haut à droite

Anthony Ménard