ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Pas le droit d’embaucher des télétravailleurs comme briseurs de grève: le ministre est d’accord

Mis à jour le 14 déc 2021
par Félix Côté
Pas le droit d’embaucher des télétravailleurs comme briseurs de grève: le ministre est d’accord

Le ministre du Travail Jean Boulet (Source: Twitter du ministre)

  • Le ministre du Travail Jean Boulet dit qu’il est d’accord avec la condamnation par le Tribunal administratif du travail, le mois dernier, d’un employeur qui, durant un lock-out, avait eu recours à des travailleurs de remplacement en télétravail.
  • Jusqu’à ce jugement, la définition du lieu de travail d’un travailleur de remplacement (scab) était restreinte aux installations physiques de l’employeur – usines ou bureaux. Maintenant, un télétravailleur peut être considéré comme remplaçant un travailleur «sur place». L’embauche d’un travailleur de remplacement lors d’un conflit de travail est interdite par le Code du travail.
Félix Côté