ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Concentrations d’arsenic: Québec n’exclut pas de fermer la Fonderie Horne

Publié le 5 juil 2022
par Johanna Sabys

François Legault (Source: Émilie Nadeau / Bureau du premier ministre)

  • Le gouvernement demande à la Fonderie Horne de Rouyn-Noranda, en Abitibi-Témiscamingue, de réduire ses émissions d’arsenic. Québec l’autorisait jusqu’ici à générer des émissions 33 fois plus élevées que la norme. 
  • François Legault a indiqué que, si l’entreprise ne dépose pas de plan pour abaisser ses émissions à un niveau sécuritaire pour la population, son gouvernement pourrait fermer la fonderie, qui est la seule fonderie de cuivre du pays. 

Le gouvernement permettait à la Fonderie Horne d’émettre jusqu’à 100 nanogrammes d’arsenic par mètre cube, alors qu’il fixe la limite à 3 ng/m3 partout ailleurs au Québec. 

Médecins et experts ont fait pression sur le gouvernement

Dimanche, une cinquantaine de médecins de Rouyn-Noranda ont demandé au premier ministre d’obliger la Fonderie Horne à réduire ses émissions à des normes «jugées sécuritaires pour la santé».

Lundi, l’Ordre des chimistes du Québec (OCQ) a affirmé que le gouvernement et la société Glencore, qui exploite l’usine, ont «des comptes à rendre aux résidents de Rouyn-Noranda qui s’inquiètent avec raison pour leur santé». 

Selon le président de l’OCQ Michel Alsayegh, il «semble improbable que les personnes responsables de part et d’autre n’aient toujours rien entrepris», alors qu’on observe des taux préoccupants d’arsenic depuis plus de 4 ans.

  • En 2018, la santé publique régionale avait mené un dépistage de l’arsenic et d’autres contaminants chez les jeunes enfants qui vivent près de la fonderie. 
  • Résultats: ces enfants étaient 3,7 fois plus exposés à l’arsenic que les autres.

Il y a davantage de cancer du poumon et de naissances de faible poids à Rouyn-Noranda. 

  • C’est ce qu’ont révélé au mois de mai des données sur l’état de santé de la population publiées par le Cisss régional. 
  • Radio-Canada avait alors dévoilé que la publication des données sur le cancer à Rouyn-Noranda avait été repoussée de 32 mois à la demande du Dr Horacio Arruda.

L’actuel directeur national de santé publique Luc Boileau doit faire le point sur la santé environnementale dans la région ce mercredi matin à Rouyn-Noranda.

Johanna Sabys