ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Arrestations violentes: un policier de Québec soupçonné de gestes criminels

Mis à jour le 8 déc 2021
par Johanna Sabys

(Source: SPVQ)

  • Le Service de police de la Ville de Québec (SPVQ) a annoncé aujourd’hui qu’à la suite de son enquête interne, il y a «des motifs raisonnables de croire» que l’un de ses agents aurait commis une infraction criminelle. 
  • Le Bureau des enquêtes indépendantes (BEI) va mener une enquête criminelle sur 2 arrestations distinctes survenues à Québec le 17 octobre et le 20 novembre. 

Dans un communiqué ce matin, le SPVQ a indiqué que ses enquêteurs ont «des motifs raisonnables de croire qu’une infraction criminelle aurait été commise de la part d’un policier» lors de 2 «évènements distincts». 

Le SPVQ «a conduit son enquête interne de manière diligente», dit la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault, «ce qui l’a amené à me faire part d’allégations relatives à des infractions criminelles possibles». 

  • La ministre dit qu’elle a demandé au BEI d’examiner ces allégations, comme le prévoit la Loi sur la police. 

La «police des polices» devra déterminer si le policier a commis des crimes.

  • Le BEI va désormais mener une enquête criminelle.
  • Elle se fera en parallèle d’une enquête du commissaire à la déontologie policière, qui se poursuit, sur certains agissements du SPVQ. 

Le BEI pourrait ensuite transmettre ses observations au Directeur des poursuites criminelles et pénales (DPCP) qui se chargerait de porter des accusations criminelles. 

Le SPVQ est dans la tourmente après la médiatisation de 4 arrestations violentes. 

  • La semaine dernière, 5 agents ont été suspendus sans solde. 

Le chef du SPVQ Denis Turcotte avait promis d’aller «au fond des choses» jeudi dernier en enquêtant sur ces arrestations médiatisées [détails (2 décembre)]. 

Johanna Sabys