ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Arrestations violentes: le chef du SPVQ promet d’aller au «fond des choses»

Mis à jour le 8 déc 2021
par Johanna Sabys

Le directeur du SPVQ Denis Turcotte (Source: capture d’écran Infobref)

  • «La force est employée assez régulièrement quand les gens résistent à leur arrestation», dit le directeur du Service de police de la ville de Québec Denis Turcotte. C’est ce qui s’est produit, explique-t-il, dans les arrestations qui ont été filmées en fin de semaine dernière. 
  • Les images de l’arrestation violente d’un adolescent noir à Québec ont soulevé de vives réactions sur les réseaux sociaux et choqué le gouvernement et les partis d’opposition. Depuis cette première vidéo «troublante», 3 autres arrestations brutales ont été médiatisées. 

Selon le chef de la police de Québec, l’adolescent a résisté à son arrestation, dans la nuit de vendredi à samedi, lorsque les policiers tentaient de disperser une quinzaine de fauteurs de troubles à la suite de voies de fait causées dans un bar.

Au total, 6 personnes ont été arrêtées: 5 en lien avec le règlement municipal pour avoir causé du désordre, et 1 pour voie de fait sur un policier. 

5 agents impliqués ont été suspendus sans solde

Leur suspension a eu l’effet d’une «onde de choc» au sein du service, dit le directeur. 

  • Il a confirmé jeudi que l’un des 5 policiers suspendus était impliqué dans 3 des 4 arrestations brutales qui ont été médiatisées ces derniers jours. 

Denis Turcotte a toutefois réitéré jeudi sa «confiance» aux 850 policiers de la Ville.

Une enquête est en cours

Le chef du SPVQ a promis d’aller «au fond des choses» en enquêtant sur ces arrestations médiatisées.  

  • Il est important d’analyser tous les faits liés à cette affaire, en particulier ce qui s’est passé avant et après les séquences vidéos, croit le directeur. 

À la suite de l’enquête, dit-il, le service décidera si les 5 agents visés ont toujours la confiance de la direction. 

Johanna Sabys