ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

La 6e vague: avec ou sans mesures sanitaires?

Mis à jour le 5 avr. 2022
par Johanna Sabys

(Source: Geralt /Pixabay)

  • Selon la façon dont la situation évoluera, le directeur national de santé publique Luc Boileau n’exclut pas le retour de certaines mesures. Il se prononcera d’ailleurs la semaine prochaine sur le retrait du masque.
  • De son côté, le ministre de la Santé Christian Dubé affirme qu’il n’y a pour l’instant aucune raison de changer de stratégie. Il croit que les Québécois doivent désormais apprendre à vivre avec le virus. 

Toutes les options sont sur la table, selon le Dr Boileau. 

Pour l’instant, la Santé publique ne prévoit pas de resserrer les mesures sanitaires. 

Avant de recommander l’ajout de mesures, le Dr Boileau pourrait conseiller à Québec de repousser, au-delà du 15 avril, la fin du port du masque dans les lieux publics. 

Les gens doivent se protéger et vivre avec le virus, selon Christian Dubé. 

  • Le gouvernement s’attendait à une hausse du nombre de nouveaux cas et de personnes hospitalisées après l’allégement des consignes sanitaires.
  • 6e vague ou pas, il n’est pour l’instant pas question d’ajouter d’autres mesures, affirme-t-il. 

Plus de 10000 travailleurs de la santé sont actuellement absents du réseau pour cause de Covid, contre 8600 dimanche dernier. 

  • C’est une hausse importante, reconnaît Dubé, mais le fait qu’ils puissent revenir au travail après seulement 5 jours d’isolement, au lieu de 10 précédemment, «aidera beaucoup».

Les régions les plus touchées actuellement par le sous-variant BA.2 sont celles qui ont été épargnées par Omicron, dont la Côte-Nord, l’Abitibi-Témiscamingue et la Gaspésie. 

Selon Christian Dubé, dans ces régions, les personnes qui ont été infectées ces derniers jours ne bénéficiaient pas de la protection immunitaire que les Montréalais, très touchés par le variant Omicron, ont pu acquérir ces derniers mois.

Johanna Sabys