ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Acheter québécois, une nouvelle priorité du gouvernement

Publié le 3 fév 2022
par Félix Côté

(Source: Christian Chomiak / Unsplash)

  • Le gouvernement a déposé hier le projet de loi 12. Un de ses objectifs est de promouvoir l’achat par les organismes publics de biens et de services québécois.
  • Plusieurs groupes qui représentent l’industrie privée ont salué le geste. Mais certains d’entre eux invitent le gouvernement à aller plus loin en s’attaquant à la règle du plus bas soumissionnaire lors de l’octroi de contrats publics. 

La Stratégie gouvernementale des marchés publics 2022-2026 qui a été présentée hier devrait, selon le gouvernement:

  • augmenter de 530 millions $ par année les contrats d’approvisionnement auprès d’entreprises québécoises; et
  •  augmenter de 420 millions $ le PIB annuel de la province.  

Cette stratégie devrait aller plus loin, croient plusieurs organismes économiques. Ils sont contre le maintien de la règle qui privilégie toujours le prix le plus bas.

La Fédération des chambres de commerce du Québec craint que le Québec fasse bande à part «dans l’octroi de ses contrats publics, au détriment de la qualité, de l’innovation, de la sécurité et de la longévité des projets». 

Même son de cloche du côté de Manufacturiers et Exportateurs du Québec. La présidente de l’organisme Véronique Proulx dit que «l’application systématique» de la règle du plus bas soumissionnaire doit cesser. 

Félix Côté