ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

L’ONU «exige que la Russie cesse immédiatement» d’envahir l’Ukraine

Publié le 2 mars 2022
par Johanna Sabys
L’ONU «exige que la Russie cesse immédiatement» d’envahir l’Ukraine

(Source: Capture d’écran / ONU)

  • L’Assemblée générale des Nations unies a adopté une résolution demandant la fin de la guerre en Ukraine. 141 pays ont voté pour sa fin immédiate, 35 se sont abstenus (dont la Chine) et 5 ont voté contre (Russie, Biélorussie, Corée du Nord, Syrie et Érythrée). 
  • La résolution, qui n’est pas contraignante, demande à Moscou de «retirer immédiatement, complètement et sans condition toutes ses forces militaires» d’Ukraine. 

L’Assemblée générale de l’ONU

  • déplore «dans les termes les plus vifs» l’agression de la Russie; 
  • exige qu’elle retire immédiatement et sans condition ses troupes; et 
  • condamne la décision de Moscou de mettre en alerte ses forces nucléaires. 

Le texte baptisé «Agression contre l’Ukraine» s’inspire de la résolution rejetée vendredi au Conseil de sécurité de l’ONU à cause du veto de la Russie.

  • Les résolutions du Conseil de sécurité sont, elles, légalement contraignantes, mais les 5 pays (États-Unis, France, Royaume-Uni, Russie et Chine) qui en sont membres permanents ont un droit de véto. 

Le discours de la Russie boycotté à Genève 

Les diplomates réunis au Conseil des droits de l’homme des Nations unies ont massivement quitté la salle avant le discours du chef de la diplomatie russe. 

C’était un «moment historique» coordonné par les pays pour «lancer un message fort» à la Russie, a commenté la ministre fédérale des Affaires étrangères Mélanie Joly. 

La «stabilité du monde est en jeu», croit Mélanie Joly. 

Mais, selon elle, l’attaque militaire décidée par Vladimir Poutine a eu pour résultat d’«unir l’Ouest» contre la Russie.

Johanna Sabys