ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

L’éditeur français Quantic Dream ouvrira un nouveau studio à Montréal dirigé par deux vétérans du jeu vidéo montréalais

Publié le 2 fév 2021
par Alain McKenna
L’éditeur français Quantic Dream ouvrira un nouveau studio à Montréal dirigé par deux vétérans du jeu vidéo montréalais

Le jeu Detroit: Become Human (image Quantic Dream)

  • L’éditeur Quantic Dream, connu pour ses jeux de haute qualité («AAA») et très scénarisés Heavy Rain et Detroit: Become Human compte embaucher une cinquantaine de personnes dans la métropole avant la fin l’année.
  • Le nouveau studio sera dirigé par Stéphane D’Astous, ancien directeur général de Square Enix Montréal, et Yohan Cazaux, qui a supervisé la création d’Assassin’s Creed Valhalla. Ils travailleront au développement d’un nouveau titre.

C’est la quatrième fois que Stéphane D’Astous est associé à l’arrivée d’un éditeur d’envergure internationale à Montréal: Eidos, Square Enix, Novaquark, et maintenant, Quantic Dream.

  • Ce sont les dirigeants de Quantic Dream et «la qualité de leurs projets» passés et à venir qui l’ont convaincu de tenter à nouveau l’expérience, confie-t-il à InfoBref.
  • «Ouvrir un studio de calibre international à partir de rien est le plus beau défi que je connaisse.»

La conception de jeux «AAA» peut prendre plusieurs années de travail.

  • Mais l’incertitude économique liée à la pandémie n’inquiète pas les dirigeants de nouveau studio.
  • Au contraire, les jeux vidéo sur console ont connu une année 2020 positive. L’arrivée sur le marché des nouvelles générations des consoles PlayStation et Xbox devrait stimuler les ventes dans les prochaines années.
Alain McKenna