ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Projet de loi fédéral sur la protection de la vie privée et des données – voici l’essentiel

Publié le 17 nov. 2020
par Alain McKenna

(Image Pixabay)

  • Le projet de loi C-11 veut encadrer la façon dont les entreprises collectent et utilisent les données liées à la vie privée des Canadiens.
  • En vertu de cette loi, les utilisateurs pourront plus facilement récupérer, migrer ou effacer l’information à leur sujet que possèdent des entreprises, et celles-ci risqueront une peine de 25 millions $ ou de 5% de leurs revenus si elles refusent d’obtempérer.

«La conformité et le consentement» dans l’utilisation des données d’utilisateurs pour favoriser une «innovation responsable»: c’est l’objectif visé par le ministre de l’Innovation Navdeep Bains, qui a présenté les détails du projet C-11 aujourd’hui.

Avantages pour les consommateurs:

  • Les règles sur le respect de la vie privée devront être clairement expliquées afin que les consommateurs puissent donner un consentement éclairé sur l’utilisation de leurs données.
  • La façon dont les algorithmes d’intelligence artificielle utilisent des données sur les consommateurs devra leur être expliquée de façon compréhensible.
  • Comme c’est déjà le cas au Québec et en Europe, les entreprises devront effacer toutes les données des utilisateurs qui en font la demande.

Avantages pour les entreprises:

  • Le consentement des utilisateurs ne sera pas requis pour utiliser leurs données afin de réaliser une transaction ou de proposer un produit ou un service adapté à leur profil.
  • Les données rendues anonymes peuvent être utilisées dans des efforts de recherche et de développement.
  • Les données peuvent aussi servir à améliorer la sécurité des systèmes, ou dans le cas de contrôle diligent.

Un tribunal d’arbitrage composé de trois à six experts sera créé pour que les entreprises puissent faire appel des décisions et des pénalités rendues par le gouvernement.

Alain McKenna

Dernières nouvelles