ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Les laits végétaux coutent un peu moins cher que le lait de vache

Mis à jour le 25 juil 2022
par Félix Côté
Les laits végétaux coutent un peu moins cher que le lait de vache

(Source: Unsplash)

  • Les substituts laitiers sont vendus moins chers que le lait au Québec, en Ontario et dans l’Île-du-Prince-Édouard, selon une étude de l’Université Dalhousie réalisée entre janvier et juin. 
  • Au Québec, un contenant de 2 litres coutait en moyenne 4,44 $ pour le lait de vache et 4,34 $ pour les laits végétaux. 

Dans l’ensemble du Canada, les prix du lait et de ses substituts sont à peu près égaux. 

L’étude a comparé, à volume égal, les prix de vente en épicerie du lait de vache (2% de matière grasse) à ceux des boissons à base de soya, d’amandes et d’avoine. 

Montréal est la grande ville canadienne où les substituts laitiers sont les moins dispendieux, à 4,29 $ en moyenne pour 2 litres. La ville de Québec arrive au second rang, à 4,30 $.


Voyez nos autres nouvelles liées à la consommation dans la section ARGENT d’InfoBref.
Pour recevoir gratuitement chaque jour l’essentiel des nouvelles par courriel, abonnez-vous en cliquant sur Infolettres en haut à droite


Les substituts laitiers sont une option économique, souligne l’étude: «Contrairement aux substituts de viande, les substituts laitiers offrent une option financièrement accessible aux Canadiens qui souhaitent réduire leur consommation de lait liquide.»

  • Toutefois, les prix du lait et des substituts végétaux ont beaucoup augmenté depuis le début de l’année: de 25% pour le lait de vache, et de 31% pour les substituts. 

[Rapport de l’étude du Laboratoire de Sciences Analytique en agroalimentaire de l’Université Dalhousie]

Félix Côté