ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Paie-t-on trop d’impôt? De moins en moins de Québécois le pensent

Publié le 16 oct. 2022
par Félix Côté
Paie-t-on trop d’impôt? De moins en moins de Québécois le pensent

(Source: Pixabay)

  • La proportion des Québécois qui disent payer trop d’impôt décline depuis quelques années, selon un sondage Léger mené pour une étude de la Chaire en fiscalité et en finances publiques de l’Université de Sherbrooke.
  • En 2011, 70% des Québécois disaient payer trop d’impôt, un sommet. Cette année, ils ne sont plus que 53% à le dire.

Chaque année en moyenne, environ 60% des Québécois disent payer trop d’impôt.

Mais ce sentiment est en baisse dernièrement, surtout depuis les 5 dernières années.

Proportion des Québécois qui ont dit payer trop d’impôts

200558%
201170%
201863%
201959%
202044%
202157%
202253%

Le sommet de 2011 pourrait s’expliquer par certains éléments de contexte, observent les auteurs du rapport. Ce sommet est survenu en même temps que:

  • la Commission Charbonneau; et
  • une hausse du taux de la TVQ au 1er janvier 2011.

Le creux de 2020 pourrait lui aussi s’expliquer par des éléments de contexte:

  • la crise économique et sociale causée par la pandémie; et
  • le très haut niveau d’intervention gouvernementale dans divers domaines.

Qui devrait payer moins d’impôt?

La majorité des répondants sont favorables à ce que, si les finances de l’État le permettent, on diminue les impôts des groupes suivants:

  • couples avec enfants (86% des répondants y sont favorables)
  • personnes seules (79%)
  • couples sans enfant (56%)
  • PME (55%)

En revanche, 82% des répondants ne sont pas favorables à une baisse des impôts des grandes entreprises.

Félix Côté