ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Le Parti Québécois veut un meilleur équilibre des pouvoirs

Publié le 8 sept. 2022
par Johanna Sabys

Paul St-Pierre Plamondon (Source: Parti Québécois)

  • Le chef péquiste Paul St-Pierre Plamondon propose «une refondation démocratique». Il a présenté une série de mesures pour renforcer les contre-pouvoirs, améliorer la reddition de comptes, et limiter l’ingérence. 
  • Selon Paul St-Pierre Plamondon, le premier ministre québécois a «trop de pouvoir». On a parfois l’impression, dit-il, qu’il est «pratiquement un roi élu». 

Renforcer les contre-pouvoirs

Le Parti québécois s’engage à: 

  • changer le mode de scrutin, pour y inclure une forme de proportionnalité;
  • doubler les budgets et les ressources du Vérificateur général; et
  • créer un poste de directeur parlementaire du budget, un poste qui existe déjà au niveau fédéral; et
  • donner «une vraie» liberté de parole aux députés du gouvernement qui ne sont pas ministres.

Rendre des comptes

À l’Assemblée nationale, le Parti québécois s’engage à instaurer une période de questions citoyenne, au moins une fois par session parlementaire, et une période de questions s’adressant uniquement au premier ministre, chaque semaine.

Le PQ compte par ailleurs réformer la Loi sur l’accès aux documents des organismes publics et sur la protection des renseignements personnels.

Limiter l’ingérence

Le Parti québécois s’engage à: 

  • créer une agence du transport indépendante du gouvernement;
  • laisser à nouveau la Régie de l’énergie fixer les tarifs d’Hydro-Québec, qui ont été indexés à l’inflation par la Caq;
  • rendre la Direction générale de la santé publique «totalement» indépendante du Conseil des ministres et du premier ministre; et
  • réviser la Loi sur la santé publique pour limiter la possibilité de gouverner par décrets, notamment en ce qui a trait aux contrats sans appel d’offres.
Johanna Sabys