ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

NOUVELLES EN RAFALE

Mis à jour le 20 oct. 2022
par Johanna Sabys

Pierre Fitzgibbon devient «superministre» de l’Économie, de l’Innovation et de l’Énergie. Il reste responsable du Développement économique régional, et devient aussi responsable de la région de Montréal. Fitzgibbon a dit à Radio-Canada que les Québécois devront consommer moins d’électricité dans les prochaines années. Il a indiqué que le gouvernement prendrait des mesures pour moduler la consommation d’électricité ‒ qui serait, le cas échéant, contrôlée par Hydro-Québec.

Eric Lefebvre conserve son rôle de whip en chef dans le second gouvernement Legault. Le député d’Arthabaska, dans le Centre-du-Québec, reste responsable de la cohésion du caucus caquiste, qui sera toujours présidé par le député de Blainville Mario Laframboise. 

Le Parti libéral du Canada réclame une enquête sur le mot-clic misogyne utilisé par Poilievre. Les vidéos du chef du Parti conservateur du Canada Pierre Poilievre contenaient le mot-clic #mgtow – un sigle pour Men Going Their Own Way [détails (6 oct.)]. Dans la requête obtenue par La Presse Canadienne, le PLC demande au président de la Chambre des communes d’enquêter sur de possibles violations des règles parlementaires. 

L’Université McGill lance un institut de médecine génomique grâce à un don de 30 millions $ d’un ancien diplômé. La génomique permet de mettre au point des traitements personnalisés selon l’information génétique de chaque personne. Le nouvel institut développera des traitements ciblés, des produits pharmaceutiques et des vaccins. Il mènera aussi des recherches sur les implications éthiques, politiques et juridiques de la médecine génomique. 

Elon Musk compte licencier presque les trois-quarts des 7 500 employés de Twitter s’il achète le réseau social, selon le Washington Post. Si la transaction échoue, Twitter aurait tout de même l’intention de se départir du quart de ses employés d’ici la fin de l’an prochain.

Johanna Sabys