ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

NOUVELLES EN RAFALE

Mis à jour le 14 sept. 2022
par Johanna Sabys

Le 3e lien entre Québec et Lévis de la Caq ne passe pas le «test climat»: il est «incompatible» avec les objectifs de lutte contre la crise climatique, selon une étude [PDF] du Pôle intégré de recherche en environnement, santé et société (Piress) et de l’organisme environnemental Équiterre. François Legault a dit la semaine dernière qu’il ne pouvait toujours pas dévoiler les études sur le projet de tunnel autoroutier parce qu’elles devaient d’abord être mises à jour. 

Volodymyr Zelensky a promis «la victoire» alors qu’il se trouvait hier à Izioum, une ville stratégique que l’armée ukrainienne vient de reprendre aux Russes, dans la région de Kharkiv, au nord-est de l’Ukraine. La ville natale du président ukrainien, Kryvyï Rig, au centre du pays, était elle menacée par des inondations en raison de la crue d’une rivière causée par des bombardements russes. 

Une panne informatique empêchait encore hier soir Loto-Québec de vendre ou de valider la plupart de ses billets. La panne est survenue dans la nuit de samedi à dimanche, un jour après le déclenchement d’une grève des professionnels de la société d’État, dont plusieurs travaillent en informatique. Le PDG de la société d’État Jean-François Bergeron a dit à la radio 98,5 qu’il «ne croit pas à un sabotage».

Bell veut qu’une fraction de ses techniciens puisse travailler en cas de grève ou de lockout au Québec. L’entreprise demande au Conseil canadien des relations industrielles d’émettre une ordonnance qui lui permettrait de faire travailler une fraction de techniciens pour maintenir certains services «essentiels». 

Le fondateur de Patagonia fait don de son entreprise à une fiducie et un organisme de protection de l’environnement, pour que les valeurs de l’entreprise continuent d’être respectées et qu’une part de ses profits futurs servent à protéger l’environnement. Selon le New York Times, l’entreprise de vêtements de plein air est valorisée à environ 3 milliards $US.

Johanna Sabys