ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

NOUVELLES EN RAFALE

Mis à jour le 11 sept. 2022
par Johanna Sabys

Le Parti libéral du Québec promet des transports en commun gratuits aux étudiants et aux 65 ans et plus. Selon le PLQ, cette gratuité ne couterait rien aux sociétés de transport en commun, qui recevraient des compensations financières d’un gouvernement libéral. Le parti évalue le cout de cette mesure à 215 millions $ par an.

Le Parti québécois veut faire des CLSC «la principale» porte d’entrée du réseau de la santé. Le PQ augmenterait leur budget annuel de 500 millions $. Il s’engage à se passer des agences privées de placement d’ici 4 ans. Par ailleurs, l’Abitibi-Témiscamingue et le Nord-du-Québec obtiendraient un statut particulier en raison de leur importante pénurie de travailleurs de la santé.

Québec solidaire promet des «billets culture» de 200 $ aux immigrants pour aller au théâtre ou dans des musées. QS s’engage à créer des carrefours d’accueil en immigration dans chaque région, et à mettre en place «une voie rapide et prioritaire» vers un statut permanent pour les immigrants qui ont une expérience régionale. Le parti évalue le cout de ces mesures à 370 millions $ par an. 

Le Canada n’assouplira pas ses règles d’approbations sur le crédit hypothécaire, a dit le surintendant des institutions financières, et ce malgré la hausse des taux d’intérêt qui augmente le coût d’achat des maisons. Le Bureau du surintendant des institutions financières oblige les souscripteurs d’un prêt hypothécaire résidentiel à obtenir une approbation sur la valeur la plus élevée entre 5,25% et leur taux hypothécaire contractuel majoré de 2%.

Les Canadiens qui veulent quitter leur emploi d’ici 12 mois sont 2 fois plus nombreux qu’en début d’année. Selon Statistique Canada, 12% des Canadiens songeaient en août à quitter leur emploi dans la prochaine année, contre 5,5% en janvier. 

Johanna Sabys