ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Nouvelle découverte de tombes anonymes près d’un ancien pensionnat autochtone, en Saskatchewan

Mis à jour le 11 août 2022
par Félix Côté
Nouvelle découverte de tombes anonymes près d’un ancien pensionnat autochtone, en Saskatchewan

Secteur fouillé près de l’ancien pensionnat de Marieval [Source: page Facebook de la première nation Cowessess]

  • 751 tombes anonymes auraient été découvertes sur le site de l’ancien pensionnat autochtone Marieval, en Saskatchewan.
  • Cette découverte survient quelques semaines après celle des 215 dépouilles d’enfants enterrés près d’un autre pensionnat autochtone situé à Kamloops, en Colombie-Britannique. 

Le pensionnat Marieval, qui a fermé ses portes en 1997, était géré par l’Église catholique jusque dans les années 1970. 

Cette nouvelle découverte serait la plus importante à ce jour au Canada, selon la Fédération des nations autochtones souveraines de la Saskatchewan (FSIN).

La FSIN a fouillé plus de 44 000 mètres carrés sur le territoire de l’ancien pensionnat.

  • Les fouilles n’en sont qu’à leurs premières étapes. 
  • Il ne serait pas possible pour l’instant de déterminer si toutes les dépouilles du site sont celles d’enfants. 

Lors d’une conférence de presse, Cadmus Delorme, chef la Première Nation de Cowessess, a demandé que:

  • l’Église présente des excuses auprès des peuples autochtones; et
  • les Premières Nations aient plus d’autonomie pour gérer leurs dossiers.

150 000 enfants autochtones ont été placés de force dans 139 pensionnats à travers le Canada.

  • En 2015, une commission nationale d’enquête avait qualifié le système des pensionnats de «génocide culturel».
Félix Côté