ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Entrevue

Le milieu sportif réclame 500 millions $ pour rattraper 35 ans de «sous-financement»

Mis à jour le 15 sept. 2022
par Johanna Sabys

La présidente de Sports Québec Julie Gosselin (Source: Sports Québec / Yannick Légaré)

  • Les grands acteurs du milieu sportif viennent de créer la Coalition pour l’avenir du sport au Québec (Casq). Ils se sont alliés pour demander un financement de 500 millions $ supplémentaires au prochain gouvernement québécois.  
  • Le budget du sport n’a pas bougé depuis 35 ans, explique à InfoBref Julie Gosselin, présidente de Sports Québec. Ce budget représente 1% du budget total de l’Éducation. Avec cette hausse de 500 millions $, la Casq demande qu’il soit porté à 4%, dit-elle, et elle le réclamera jusqu’au prochain budget. 

La présidente de Sports Québec souhaite que le prochain gouvernement voie le sport «comme un investissement, et non comme une dépense». 

Ces 500 millions $ sont un «rattrapage» 

«Cela fait 35 ans qu’on cogne à la porte», dit-elle. Le milieu du sport «n’y arrivera jamais sans un vrai rattrapage financier.» 


L’essentiel des nouvelles importantes chaque matin en 5 minutes? C’est ce qu’offre notre infolettre InfoBref Matin. Essayez-la et voyez pourquoi plus de 10 000 Québécois·es la reçoivent chaque jour:
abonnez-vous gratuitement ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Ce rattrapage permettrait de: 

  • rendre les sports et loisirs plus accessibles – personne ne doit être privé de sport «parce que cela coute trop cher ou parce qu’il n’y a pas de structures disponibles»; 
  • travailler sur un objectif de santé physique et mentale – «on veut passer à l’action pour faire bouger davantage les Québécois»; 
  • continuer à investir pour offrir «un environnement 100% sain et sécuritaire»; 
  • soutenir les fédérations et les organisations sportives – «ce sont de toutes petites équipes qui travaillent fort et ne peuvent pas offrir de conditions attrayantes pour attirer les meilleurs talents»; 
  • appuyer les bénévoles «en or» à travers le Québec – «sans bénévole, on ne peut pas avoir de pratiquants»; et 
  • aider les événements sportifs locaux «très touchés par la pandémie». 

La Casq regroupe les grands acteurs du milieu sportif, qui représentent des milliers d’associations, fédérations sportives et municipalités.

Johanna Sabys