ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES, PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et chaque samedi:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Initiatives d’impact

Flore sauvage vous propose des bières produites à partir de la flore locale

Publié le 7 déc 2023
par Johanna Sabys
Flore sauvage vous propose des bières produites à partir de la flore locale

David Côté (source: Flore Sauvage)

  • Flore sauvage est une micro-brasserie établie dans le quartier Sainte-Flore, à Shawinigan, en Mauricie. Elle utilise des ingrédients provenant de la région et elle a créé sa propre levure sauvage en récoltant des végétaux locaux. 
  • La coopérative est dans sa première année de production. Elle a ouvert cet été un espace boutique et comptoir à Sainte-Flore. Ses bières sont aussi vendues dans plusieurs commerces de la région et dans d’autres villes du Québec. 

L’initiative

La mission principale de Flore sauvage est de commercialiser des bières produites à partir de produits locaux. 

  • Tout vient de la région, sauf le houblon – qui est tout de même québécois. 

La brasserie crée des bières «avec un sens local» en utilisant les matières disponibles dans la région, dit à InfoBref David Côté, co-fondateur et responsable de production de Flore sauvage.

La coopérative a récolté des fleurs, des fruits et différents végétaux pour créer sa propre levure en 2020. 

  • Cette levure est maintenue et «nourrie» depuis en brasserie. 
  • Flore sauvage espère la conserver 30 ou 40 ans. 

«Notre objectif est de la faire évoluer, de faire d’autres récoltes dans l’environnement et de nouveaux assemblables», tout en conservant la «souche mère», explique David Côté. 

  • «Il faut être prudent, la signature [de nos bières] provient de notre levure.» 

Pour découvrir d’autres initiatives d’impact social et environnemental un vendredi par mois, et pour recevoir chaque jour l’essentiel des nouvelles importantes à lire en 5 minutes, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Matin ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Les bières sont également refermentées en bouteille et en constante évolution. 

  • «Cette technique amène de la complexité aux bières qui évoluent avec le temps», précise David Côté. 
  • Le processus de production est «plus long, mais très satisfaisant». 

Les bières de Flore sauvage sont mises en bouteilles après au moins 12 semaines de fermentation, contre seulement 2 ou 3 semaines pour d’autres bières. 

Le résultat? Une bière «rafraichissante, légère et avec beaucoup de saveurs», assure le brasseur.  


(source: Flore sauvage)

Les porteurs du projet

Le projet est né en 2020. Flore sauvage a été fondée par trois entrepreneurs passionnés qui sont tombés en amour avec Sainte-Flore: David Côté, Mathieu Fortin et Stéphanie Forcier. 

  • «Je brassais déjà depuis plusieurs années et je voulais donner un sens local au produit, raconte David Côté. 
  • J’avais rencontré Mathieu, qui étudiait en biochimie, et je lui ai parlé de mon projet de récolter des micro-organismes dans la région. Nos premiers tests ont été super positifs.» 

Flore sauvage a débuté son activité cette année:

  • Le premier brassin a été conçu en mars. 
  • Les premières bières ont été vendues en juillet. 
  • La boutique a ouvert en août. 

L’équipe actuelle est composée de David Côté et Mathieu Fortin. 

Flore sauvage souhaite faire de nouvelles expérimentations dans ses productions et ouvrir un salon de dégustation dans sa boutique en février ou mars prochain. 
L’équipe se déplace déjà chez des clients pour présenter et faire goûter ses produits. 

L’impact 

Flore sauvage compte produire environ 75 000 bouteilles de bières locales par an. 

La coopérative a fait des choix responsables. 

  • L’électricité est la seule forme d’énergie qu’elle consomme et elle utilise moins de produit chimique que les autres brasseries dans ses procédés. 
  • Elle vend sa drêche (les résidus de céréales obtenus lors du brassage) à un agriculteur du coin qui s’en sert pour nourrir son bétail. 
  • Elle a opté pour des «équipements qui lui permettent d’être très efficace», assure David Côté. 
Johanna Sabys