ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Pour l’immobilier canadien, 2021 a été l’année des records

Mis à jour le 14 mai 2022
par Félix Côté

(Source: Unsplash)

  • L’année 2021 aura été marquante pour le marché canadien de l’immobilier résidentiel parce que, selon l’Association canadienne de l’immeuble (ACI), plusieurs records ont été pulvérisés.
  • Record du nombre de transactions enregistrées, d’abord, avec une forte augmentation par rapport à 2020. En même temps, les prix ont explosé: le prix moyen des transactions a, lui aussi, battu un record.

«L’inventaire» de propriétés résidentielles a été très limité l’an dernier.

Selon les dernières données de l’ACI, le nombre de propriétés résidentielles à vendre a atteint en décembre son plus bas niveau jamais enregistré au Canada.

Le ratio des ventes par rapport aux nouvelles inscriptions était le mois dernier de 80%, soit 25 points de pourcentage de plus que la moyenne historique de 55%.

  • Autrement dit: les acheteurs sont nombreux, alors que les occasions d’achat sont limitées. 
  • «Nous entamons 2022 dans un contexte national de pénurie de logements aggravée», a commenté dans un communiqué le président de l’ACI Cliff Stevenson.

Le nombre de transactions effectuées par l’entremise de MLS, le réseau utilisé par les courtiers immobiliers, a connu une année record.

  • Le système a enregistré dans l’année presque 667 000 transactions.
  • C’est un record absolu, de 20% supérieur au précédent record établi l’année précédente.

Le prix moyen des propriétés résidentielles vendues par le réseau MLS a augmenté de presque 27% en un an, ce qui constitue aussi un record.

Dans le grand Montréal, la croissance a été légèrement supérieure à 20%.

Dans la région de Québec, la hausse a été plus modérée: le prix moyen de vente des propriétés résidentielles a augmenté de 10%.

Félix Côté