ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Devrait-on appliquer la gratuité scolaire à l’université?

Publié le 24 août 2022
par Johanna Sabys

(Source: Joshua Hoehne / Unsplash)

  • C’est ce que proposent des chercheurs de l’Institut de recherche et d’informations socioéconomiques (Iris). Selon une étude publiée hier, rendre l’éducation postsecondaire gratuite coûterait au Québec 1,2 milliard $, soit, disent-ils, moins de 0,9% des dépenses de l’État.
  • Les chercheurs québécois croient que le prochain gouvernement devrait profiter de la hausse de ses revenus pour étendre la gratuité scolaire à l’éducation postsecondaire, comme de nombreux pays l’ont fait.

La gratuité scolaire complète n’est ni un «rêve» ni un «mirage»: c’est une norme dans de nombreux pays sociaux-démocrates, soutiennent les chercheurs de l’Iris. 

  • Selon eux, la gratuité ou quasi-gratuité scolaire complète est une réalité en France, Danemark, Finlande, Norvège, Suède, Islande, Argentine, Brésil ou Uruguay.

L’Iris argumente que le montant actuel des frais demandés pour l’enseignement supérieur et la perspective de devoir s’endetter: 

  • nuisent à l’accessibilité des étudiants les moins nantis; 
  • découragent les jeunes à poursuivre leurs études; et 
  • les poussent à «privilégier des emplois où les revenus sont les plus élevés, sans égard à l’utilité́ sociale véritable de ces emplois».

[Étude de l’Iris]

Johanna Sabys