ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Conseils pour vos FINANCES

Les FlexiFonds sont-ils une bonne alternative au Fonds de solidarité FTQ?

Mis à jour le 25 fév 2023
Fabien Major
par Fabien Major
Chroniqueur en finances personnelles à InfoBref
Les FlexiFonds sont-ils une bonne alternative au Fonds de solidarité FTQ?

[crédit photo: Jana Müller | Unsplash}

  • Impossible pour les retardataires de souscrire aux fonds de syndicats comme le Fonds de solidarité FTQ et Fondaction de la CSN: parce que le plafond de cotisation établi par le gouvernement est atteint, ces fonds sont fermés aux nouveaux dépôts.
  • Pour contourner cet inconvénient, le Fonds FTQ dirige ses actionnaires vers un autre produit, les FlexiFonds. Est-ce une option valable pour vous?

Commençons par expliquer le produit.

Les FlexiFonds sont des fonds de répartition d’actifs qui sont proposés en trois versions: Prudent, Équilibré et Croissance.

Ils contiennent des obligations, des actions de sociétés québécoises et mondiales, et 30% d’actions du Fonds FTQ.

Sachez qu’avec FlexiFonds, vous ne pouvez pas toucher les juteux crédits d’impôt additionnels offerts par le Fonds de solidarité.

Le ratio de frais de gestion est de 1,49%. Ce niveau m’apparait un peu élevé.


­Consultez la section ARGENT d’InfoBref avec chaque jour nos nouvelles brèves, et chaque mois nos conseils en finances personnelles, consommation et investissement.
Pour les recevoir gratuitement par courriel, abonnez-vous aux infolettres d’InfoBref ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite


Une calculatrice douteuse

Dans le site dédié aux FlexiFonds, j’ai trouvé quelques perles dont le «Calculateur de la valeur de mon CELI».

  • Vous y entrez la valeur de vos comptes, la fréquence de vos cotisations, votre horizon de placement et… on vous laisse choisir un rendement annuel moyen entre 3 et 7%.
  • Après quelques clics, on vous indique que votre épargne pourrait atteindre 100 000 $. Puis, deux appels à l’action vous invitent à cotiser ou à ouvrir rapidement un compte en ligne.

Sous-entendre que les FlexiFonds pourraient rapporter annuellement 7% est très optimiste.

  • D’autant plus que c’est en intégrant les crédits d’impôt fédéral et provincial que le Fonds FTQ parvient à atteindre cette cible.

Si je me sers de l’outil en ligne des normes d’hypothèse de projection de l’Institut québécois de planification financière (IQPF, application disponible pour Android et iOS) et j’y place les catégories présentes dans les FlexiFonds – soit actions canadiennes et internationales et obligations –, l’IQPF me recommande de faire mes projections avec un taux de 5,13% moins les frais du fonds de 1,49%.

Donc, pour être réaliste, l’outil du Fonds FTQ devrait plafonner les projections de rendement à 3,6%. 


Pour l’essentiel des nouvelles et tendances en affaires, finances et technologies, abonnez-vous ici aux infolettres gratuites d’InfoBref ou en cliquant le bouton Infolettres en haut à droite


Sous le capot

Les FlexiFonds font valoir qu’ils permettent d’investir majoritairement dans des sociétés québécoises.

Ajoutons des bémols.

Dans les derniers états financiers des FlexiFonds, on classe les parts qu’ils détiennent dans le Fonds FTQ dans la catégorie des actions québécoises. Or, les états financiers mêmes du Fonds de solidarité déclarent que:

  • Certes, 57,8% de sa composition est en capital de développement (titres privés, spécialisés et cotés en bourse) qui peut prétendre être des investissements directs dans l’économie québécoise.
  • Mais le reste, soit 42,2%, est investi dans le marché boursier traditionnel avec des titres comme Apple, Amazon, Banque TD, Cameco (uranium), Chevron, Goldman Sachs, Lowe’s, Pepsico, Shell, ou même Tesla. 

Quant aux investissements directs des FlexiFonds, on y trouve Air Canada, Banque de Montréal, RBC et Molson Coors dont les centres décisionnels sont assurément en Ontario ou même, dans le cas de Molson, à Chicago, aux États-Unis.

J’ai été aussi très surpris de voir dans la liste Vêtements de sport Gildan.

Il est de notoriété publique que cette société se sert de son siège administratif à la Barbade pour réduire à presque rien son taux d’imposition réel. Qui veut avoir des parts de Gildan dans ses REER et CELI? Pas moi en tout cas.

Pour recevoir la chronique Conseils pour VOS FINANCES de Fabien Major chaque mois dans votre courriel, abonnez-vous gratuitement à l’infolettre InfoBref Votre argent ici ou en cliquant Infolettres en haut à droite

Fabien Major