ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Urgences: les médecins-chefs réclament des lits et du personnel pour l’été

Publié le 6 juin 2022
par Johanna Sabys

(Source: Ante Samarzija / Unsplash)

  • Les chefs des services d’urgence québécois demandent aux PDG des établissements de santé d’ouvrir de nouveaux lits cet été, au lieu d’en fermer pendant les congés du personnel. 
  • Dans une lettre aux établissements obtenue par Radio-Canada, ils écrivent que la qualité des soins offerts est compromise, et que certains décès sont causés par le manque de lits disponibles et de trop longs délais d’admission. 

Les médecins du Regroupement des chefs d’urgence du Québec (RCUQ) s’inquiètent de ne pas pouvoir assurer des services sécuritaires cet été. 

Ils disent qu’ils ne peuvent pas «rester silencieux devant la détérioration fulminante» des services offerts aux urgences et la pression qui pèse sur leurs équipes. 

Les constats des chefs des urgences: 

  • Chaque jour, plus de 50% des civières des services d’urgence sont occupées par des patients hospitalisés en attente d’un lit. 
  • Des patients peuvent rester plus de 24 à 48 h à l’urgence. 

«Plusieurs décès potentiellement évitables» ont été rapportés ces derniers mois «faute d’accès à une civière et aux soins requis».

Selon les médecins-chefs, il y a un lien entre l’augmentation des délais d’admission, des urgences vers les unités de soins, et un plus grand risque de mortalité et de complications pour les patients.

Les médecins de famille ne feraient pas leur part

Les médecins-chefs affirment que les médecins de famille ne prennent pas en charge assez de cas non urgents. 

Ils déplorent que «le fardeau de la réorientation de la clientèle non urgente vers la première ligne pèse lourd» sur leurs équipes.

Johanna Sabys