ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

La centrale nucléaire de Tchernobyl est en panne de courant

Publié le 9 mars 2022
par Johanna Sabys
La centrale nucléaire de Tchernobyl est en panne de courant

La centrale nucléaire de Tchernobyl (Source: Romain Chollet / Unsplash)

  • La centrale ukrainienne «a été complètement déconnectée du réseau électrique» à cause des actions militaires de l’armée russe. 
  • Les risques de fuites de substances radioactives seraient faibles, croit l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA). Mais les générateurs de la centrale ne pourront tenir que 48h, a prévenu le ministre ukrainien des Affaires étrangères. «Après cela, les systèmes de refroidissement du combustible entreposé vont s’arrêter.» 

Les bombardements russes empêchaient mercredi de rétablir les lignes électriques de la centrale ukrainienne fermée depuis le terrible accident nucléaire de 1986. 

  • Quelque 20 000 assemblages combustibles sont encore stockés dans la centrale. 

La panne n’aura pas «d’impact majeur sur la sécurité», selon l’AIEA. 

Une coupure serait plus grave dans une centrale en activité. 

L’AIEA s’inquiétait d’ailleurs dimanche de l’impossibilité de communiquer avec la plus grande centrale nucléaire d’Europe, à Zaporijjia, également contrôlée par la Russie.

  • La centrale n’est joignable que par un réseau mobile de mauvaise qualité.

Les employés sont bloqués à Tchernobyl

Depuis 14 jours, 200 techniciens et agents de sécurité travaillent sans relâche sous la surveillance de l’armée russe qui a pris le contrôle de la centrale dès le premier jour de l’invasion. 

L’AIEA s’est dit «préoccupée» par la situation dans laquelle se trouvent les employés de Tchernobyl et «les risques potentiels que cela comporte pour la sécurité nucléaire».

Johanna Sabys