ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

CE JEUDI en rafale

Publié le 17 nov. 2022
par Félix Côté

Guillaume Cliche-Rivard sera à nouveau candidat de Québec solidaire dans Saint-Henri–Sainte-Anne. L’avocat spécialisé en immigration avait terminé deuxième le 3 octobre derrière l’ancienne cheffe libérale Dominique Anglade. Une élection partielle doit être organisée dans la circonscription avant le 1er juin.

Brigitte Bardot demande à la mairesse de Longueuil d’empêcher le «massacre» des cerfs du parc Michel-Chartrand, alors qu’un jugement doit être rendu vendredi de la semaine prochaine. L’actrice et militante française dit que sa fondation a reçu «d’innombrables messages d’indignation» pour dénoncer le projet de les abattre à l’arbalète – une pratique interdite dans plusieurs pays, dont la France.

Nancy Pelosi ne briguera pas le poste de cheffe des démocrates à la Chambre des représentants. Pelosi est la première femme qui a présidé la Chambre des représentants. Après 35 ans de carrière parlementaire, elle continuera de siéger en Chambre, mais elle laisse sa place à la tête des représentants démocrates alors que les républicains viennent hier de prendre le contrôle de la Chambre.

Le nombre de Québécois au chômage a baissé de 61% en un an. Selon Statistique Canada, il y avait 109 000 chômeurs en septembre, soit 173 000 de moins qu’un an plus tôt. 

La Caisse de dépôt et placement réinvestit 40 millions $ dans le Fonds d’investissement québécois Teralys. Ce fonds sert d’intermédiaire: il prend des parts dans plusieurs autres fonds qui, eux, investissent dans des entreprises québécoises au stade d’amorçage. La Caisse avait fait un premier investissement de 50 millions $ dans Teralys en 2019.

Le quart des Américains investissent moins en bourse parce qu’ils doivent d’abord payer des dépenses essentielles comme la nourriture, selon un sondage de la banque américaine Wells Fargo auprès d’Américains qui possèdent des actifs boursiers. À l’opposé, près de 20% des investisseurs disent qu’ils préfèrent se serrer la ceinture pour être en mesure d’acheter des actions à prix d’aubaine.

Félix Côté