ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Des caquistes auraient «saboté» la réforme du mode de scrutin

Publié le 22 nov. 2022
par Johanna Sabys

(Source: Élections Québec)

  • C’est ce qu’affirme Jean-Benoît Ratté, un ancien conseiller politique de François Legault. Il travaillait sur le projet de réforme du mode de scrutin du gouvernement caquiste avant que ce projet ne soit mis de côté. 
  • Une coalition d’organisations, dont Jean-Benoît Ratté est l’un des porte-paroles, invite les Québécois à manifester pour réclamer une réforme électorale devant l’Assemblée nationale mardi prochain – le jour de la reprise des travaux parlementaires. 

Plusieurs organisations qui militent en faveur de la réforme du mode de scrutin soutiennent que les «pires distorsions» électorales de l’histoire du Québec ont pu être observées lors des élections du 3 octobre dernier. 

  • Elles demandent à François Legault de respecter sa promesse électorale de 2018.  

Legault s’était alors engagé à réformer le mode de scrutin, rappellent-elles.  

  • Or, a expliqué Jean-Benoît Ratté lors d’un point de presse, le gouvernement caquiste s’est rendu compte que le mode de scrutin actuel l’avantageait. 
  • Le gouvernement aurait alors, dit-il, saboté sa propre réforme pour des raisons strictement partisanes. 

Le problème, souligne Ratté, est que la Caq, qui serait en mesure de mener une réforme électorale, est aussi le parti que ce mode de scrutin a «outrageusement avantagé». 

Johanna Sabys