ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEURS ET
PROFESSIONNELS

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos bulletins d’information. Vous ne recevrez pas de courriels de partenaires commerciaux et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Résumé par InfoBref

Leçons à tirer de la pandémie pour les gestionnaires d’entreprise

Mis à jour le 14 juin 2022
par Patrick Pierra
  • Pendant deux ans, les organisations et leurs employés ont dû apprendre d’urgence à relever des défis inédits tout en s’adaptant à un environnement instable.
  • Trois gestionnaires québécois d’expérience, venant de plusieurs secteurs d’activité, résument en quelques phrases l’héritage de ces deux années et témoignent des leçons qu’ils en tirent.

Ceci est le résumé d’un midi conférence de l’Association des MBA du Québec qui, le 26 avril 2022, a réuni Stéphane Forget, v.-p. principal affaires publiques, coopération et responsabilité d’entreprise de Sollio Groupe Coopératif, Marie Pier Germain, v.-p. ventes et marketing de Germain Hôtels, et Charles Milliard, PDG de la Fédération des chambres de commerce du Québec:

Ce que la pandémie de Covid-19 nous a appris ou nous a laissé:

L’importance du dialogue

«On ne serait pas passé à travers sans dialogue avec nos partenaires d’affaires, en premier lieu les employés et les gouvernements, dit Stéphane Forget.

Ne pas penser qu’aux cols blancs

«Sur nos 16 000 employés, il y en a 15 000 qui, pendant la pandémie, ont tous les jours pris leur auto pour aller travailler, raconte Stéphane Forget. La majorité des travailleurs essentiels travaillent dans un environnement physique, avec des contraintes beaucoup plus fortes que les professionnels qui peuvent faire du télétravail. Comme gestionnaires, on a tous une responsabilité de penser aux cols bleus et pas seulement aux cols blancs.»

De profondes transformations dans le monde du travail

«Ça nous a pris un électrochoc pour nous amener à repenser des façons de travailler», résume Charles Milliard. «L’héritage le plus visible est une augmentation du télétravail et sans doute, dans le secteur des services et les fonctions de soutien, une généralisation du travail hybride – en partie au bureau, en partie à la maison.»


L’essentiel des nouvelles importantes chaque jour en 10 minutes? C’est ce que vous offrent, par courriel, les deux bulletins de nouvelles quotidiens d’InfoBref. Essayez-les: abonnez-vous gratuitement ici ou cliquez sur Infolettres en haut à droite


La piscine des talents est internationale

«Plusieurs entreprises se disent désormais: je peux confier des responsabilités à la meilleure personne dans mon organisation, peu importe où elle est, dit Charles Millard. Et le fait qu’elle ne soit pas physiquement présente au bureau n’est plus considéré comme un problème. Une des conséquences est que la compétition pour les meilleurs talents connaît un nouvel essor.»

Les gens ne voyagent plus comme avant

«On est des bibittes sociales, il y a un fort appétit en ce moment pour recommencer à voyager, dit Marie Pier Germain. Mais on ne le fera plus de la même façon.»

«Certaines personnes ne recommenceront pas à voyager autant qu’avant. D’autres vont vouloir profiter au maximum de leurs déplacements en mélangeant parfois le travail et le plaisir – par exemple, s’ils doivent voyager pour affaires, en prolongeant leur séjour de deux jours pour découvrir leur destination.»

« Il y a aussi des changements importants dans les attentes des clients dans l’hébergement, particulièrement en ce qui concerne l’hygiène. Par exemple, certains clients préfèrent trouver dans la salle de bain un petit savon emballé comme un produit neuf: cela leur donne un sentiment de sécurité. Aussi, les clients apprécient de voir des gens qui font le ménage et nettoient tous les points de contact, alors qu’avant la pandémie, on s’efforçait de ne pas les rendre trop visibles.»

Une préférence pour l’achat local

«La boussole de consommation des Québécois a vraiment bougé, dit Charles Milliard. Ce n’est pas qu’un phénomène transitoire. L’achat local est maintenant préféré. Cela devait donner une bouffée d’oxygène aux commerces de proximité.»


Entrepreneur·e·s, restez à l’affût des nouvelles d’affaires, financières, politiques et technologiques qui vous concernent en seulement quelques minutes par jour: abonnez-vous aux infolettres gratuites d’InfoBref [détails en cliquant le bouton «Infolettres» en haut à droite]


3 conseils à retenir:

1. Tenir compte du contexte géopolitique

«Dès qu’une entreprise exporte, elle doit se soucier du contexte géopolitique, note Stéphane Forget. La pandémie, mais aussi le conflit commercial avec la Chine, et maintenant la guerre en Ukraine ont créé beaucoup d’instabilité et entrainent une reconfiguration des chaines d’approvisionnement.»

2. Mettre à jour ses indicateurs

« Il faut ajuster son tableau de bord, pour remplacer les aiguilles qui ne sont plus pertinentes, et en ajouter de nouvelles qui le sont devenues, illustre Charles Millard.

«La productivité n’est plus la seule chose dont il faut tenir compte», ajoute Marie Pier Germain.

3. Être curieux, et le rester toute sa vie

«On doit être curieux de ce qui se passe dans notre entreprise, pour maintenir une bonne complicité avec les employés, mais aussi à l’extérieur: c’est précieux d’avoir un réseau de contacts qui peut nous alerter sur des menaces ou des opportunités», dit Charles Millard.

« Le même esprit de curiosité devrait nous amener à, d’une certaine façon, aller à l’école toute notre vie. Reprendre des études après avoir commencé sa carrière, ce n’est plus anecdotique, c’est normal.»

Patrick Pierra