ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Acheter des actions canadiennes ou américaines? L’herbe serait plus verte du côté canadien

Mis à jour le 10 août 2022
par Félix Côté

(Source: Unsplash)

  • Depuis le début de l’année, l’indice composé S&P/TSX de la bourse canadienne a gagné 3,1%, alors que l’indice S&P 500 de la bourse américaine a perdu près de 5%. 
  • Et le vent pourrait encore favoriser la bourse canadienne pendant un certain temps, selon une analyse du média financier américain Bloomberg. 

L’indice S&P/TSX doit en bonne partie sa croissance des derniers mois à la flambée du prix du pétrole. 

  • L’indice énergétique de la bourse de Toronto a bondi de 27% depuis le début de l’année, ce qui constitue son meilleur trimestre depuis plus de 30 ans. 

Les sociétés minières et les banques ont également connu de bons résultats. 

Pendant ce temps, le S&P 500 a connu son pire trimestre depuis le début de la pandémie, notamment en raison de la baisse de valeur des entreprises technologiques qui le composent en grande partie. 

Il y aurait encore place à la croissance du côté canadien

Selon les données compilées par Bloomberg, les bénéfices moyens par action (BPA) pourraient augmenter pour l’ensemble de l’année de:

  • 33% pour les entreprises canadiennes; et de
  • 20% pour les entreprises américaines. 

Certains analystes prédisent même que le BPA des entreprises énergétiques canadiennes pourrait avoir augmenté de 68% sur un an au 31 décembre prochain.

Les actions canadiennes seraient encore bon marché

  • Leur prix moyen représente actuellement 14 fois les bénéfices estimés pour les 12 prochains mois.
  • C’est moins que le prix moyen estimé de 19 fois les bénéfices pour les actions américaines. 

[Analyse complète sur le site de Bloomberg (en anglais)]

Félix Côté