ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

En Afghanistan, à quoi ressemble le nouveau gouvernement taliban?

Mis à jour le 29 sept. 2021
par Johanna Sabys
  • Les États-Unis et l’Union européenne (UE) ont déjà exprimé leurs inquiétudes en découvrant le gouvernement taliban: les ministres sont des hommes, qui appartiennent presque tous à l’ethnie majoritaire au pays.
  • Les talibans ont repris le contrôle de l’Afghanistan depuis plus de 3 semaines. Après plusieurs reports, ils ont finalement présenté un gouvernement qui, selon l’UE, n’est ni «inclusif» ni «représentatif» de la diversité ethnique et religieuse du pays.

Les talibans ont présenté mardi leur gouvernement intérimaire quelques jours avant le 20e anniversaire des attentats du 11 septembre aux États-Unis.

  • En 2001, un mois après ces attentats, les États-Unis étaient en Afghanistan pour chasser les talibans qui refusaient de leur livrer le chef d’Al-Qaïda, Oussama ben Laden.

Un «nouveau» gouvernement de talibans influents il y a 20 ans:

Tous les nouveaux ministres sont des talibans. Plusieurs étaient déjà influents lorsque le mouvement islamiste était au pouvoir de 1996 à 2001.

  • Le nouveau premier ministre par intérim était alors un proche collaborateur du fondateur du mouvement taliban, le mollah Omar.
  • Le ministre de l’Intérieur est recherché par le FBI, en tant que chef d’une organisation qui figure sur la liste américaine des groupes terroristes.
  • Le cofondateur du mouvement est vice-premier ministre, et le fils du mollah Omar, ministre de la Défense.
  • Plusieurs ministres, dont le premier ministre, figurent sur des listes de sanctions de l’ONU, et 4 ont séjourné à la prison américaine de Guantanamo.

Un gouvernement de transition «inclusif et représentatif», c’est ce qu’avaient exigé, la semaine dernière, les ministres des Affaires étrangères européens.

  • C’était l’une des conditions posées par l’Union européenne pour établir des relations entre l’UE et le nouveau gouvernement afghan.
  • Selon le ministère français des Affaires étrangères, les talibans n’ont pas tenu leurs engagements: «les exigences de la communauté internationale ne sont pas remplies».

La Chine, elle, s’est réjouie de la fin de 3 semaines d’«anarchie» en Afghanistan.

Selon un porte-parole de la diplomatie chinoise, la formation d’un gouvernement intérimaire est «une étape importante pour le rétablissement de l’ordre dans le pays et sa reconstruction».

Johanna Sabys