ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Québec veut forcer les médecins à prendre en charge les patients en attente

Publié le 11 nov. 2021
par Johanna Sabys
Québec veut forcer les médecins à prendre en charge les patients en attente

Le ministre de la Santé Christian Dubé (Source: Émilie Nadeau / Bureau du premier ministre)

  • Le ministre de la Santé Christian Dubé a déposé ce matin le projet de loi qui vise à augmenter le nombre de patients suivis par un omnipraticien.
  • Au moins 800 000 Québécois sont en attente d’un médecin de famille. Dans l’objectif de raccourcir la liste d’attente, les médecins devraient désormais passer par le guichet d’accès à un médecin de famille du gouvernement pour prendre de nouveaux patients.

«Le problème de l’accès à un médecin de famille dure depuis trop longtemps», déplore Christian Dubé. 

Québec a décidé de «s’y attaquer de front», dit-il. Selon lui, le projet de loi devrait offrir un meilleur accès aux services de première ligne.

CE QUE PRÉVOIT LE PROJET DE LOI:

Les médecins devraient se rendre disponibles pour les patients inscrits au guichet d’accès à un médecin de famille et utiliser uniquement le système de rendez-vous prévu par la loi.

Le gouvernement pourrait, par règlement, «déterminer le pourcentage des plages horaires de disponibilité» que les médecins doivent offrir, du lundi au vendredi avant 8h et après 19h, et les fins de semaine.  

La RAMQ pourrait transmettre:  

  • aux établissements de santé et aux départements régionaux de médecine régionale (DRMG), les renseignements nécessaires à la planification des effectifs; et 
  • au ministre de la Santé, les renseignements nécessaires pour élaborer ses politiques et planifier les effectifs médicaux. 

Le texte de loi ne prévoit toutefois pas d’imposer des pénalités aux médecins qui ne prendraient pas en charge assez de patients.

Johanna Sabys