ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Abordabilité: 620 000 logements devraient être construits au Québec

Publié le 26 juin 2022
par Félix Côté

(Source: Unsplash)

  • Dans sa dernière étude, la Société canadienne d’hypothèques et de logement (SCHL) calcule qu’il faudrait construire 620 000 nouveaux logements d’ici 2030 pour améliorer l’abordabilité au Québec.
  • Selon la SCHL, cette stratégie réduirait le cout moyen des logements et permettrait à un plus grand nombre de Québécois de choisir un logement qui répond à leurs besoins. 

Depuis 2004, l’abordabilité est en baisse au Québec

Les ménages doivent consacrer une plus grande part de leur revenu disponible – après impôt – à se loger.

Entre 2004 et 2021, cette part est passée de:

  • 30% à 40% au Québec; et de
  • 37% à 47% dans l’ensemble du Canada.

La SCHL explique que le rythme de construction de nouveaux logements n’a pas suivi l’augmentation de la demande. 

L’organisme fédéral présente 2 scénarios:

Dans le premier, le rythme de construction demeure le même qu’actuellement. 

  • Le prix moyen des logements au Québec passerait alors de 449 000 $ en 2021 à 474 000 $ en 2030. 
  • Les ménages québécois avec un revenu moyen consacreront alors, comme en 2021, 40% de leur revenu disponible à se loger. 

Dans le second, le rythme de construction double presque pour atteindre, comme le recommande la SCHL, 620 000 nouveaux logements d’ici 2030. 

  • Le prix moyen des logements au Québec baisserait à 364 000 $ en 2030. 
  • Les ménages québécois consacreraient alors 32% de leur revenu à se loger. 

La réussite de ce second scénario ne se fera pas sans obstacle, prévient la SCHL.

L’accélération des mises en chantier se heurtera:

  • aux délais d’approbation;
  • à la pénurie de main-d’œuvre;
  • aux perturbations des chaines d’approvisionnement; et
  • à l’augmentation des couts de construction qui pourrait résulter de l’augmentation de la demande. 
Félix Côté