ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Québec veut réduire de moitié la quantité de déchets enfouis d’ici 2025

Mis à jour le 11 août 2022
par Johanna Sabys
Québec veut réduire de moitié la quantité de déchets enfouis d’ici 2025

(Photo Unsplash)

  • Chaque jour, 17 000 tonnes de déchets sont enfouies au Québec. Le ministre de l’Environnement Benoit Charette veut réduire ce nombre de 50% d’ici cinq ans.
  • D’ici 2030, le gouvernement compte investir 1,2 milliard $ pour récupérer et revaloriser 100% de la matière organique qui provient des commerces, des institutions et des industries.

Selon le ministre de l’Environnement, si le Québec traite mieux ses déchets, seuls les résidus ultimes – déchets qui ne peuvent pas être revalorisés – devraient se retrouver dans les sites d’enfouissement.  

Pour réduire la quantité de déchets enfouis, Québec s’attaque en priorité aux déchets organiques.

  • Aujourd’hui, ils sont souvent jetés avec les déchets résidentiels et représentent 60% des déchets enfouis.
  • Or, ils peuvent être facilement réutilisés et traités.

Le verre et les métaux, de leur côté, devraient être mieux recyclés ou consignés.

  • Dans le dernier budget, le gouvernement avait annoncé plus de 30 millions $ pour moderniser les centres de tri, et détourner ces déchets des sites d’enfouissement.

Concernant les déchets plastiques, la stratégie de réduction doit être détaillée l’automne prochain. 

Pour planifier sa stratégie, le ministre de l’Environnement a mandaté le Bureau d’audiences publiques sur l’environnement (BAPE).

  • Québec souhaite connaître la capacité des sites d’enfouissement québécois pour les 20 prochaines années.
  • Le BAPE doit également proposer des solutions pour réduire davantage la quantité de déchets grâce aux dernières technologies développées.
  • Le rapport du BAPE est attendu d’ici la fin de l’année.
Johanna Sabys