ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

Québec teste le port de caméras par les policiers

Publié le 21 avr. 2021
par Johanna Sabys
  • Le gouvernement Legault va lancer quatre projets pilotes pour tester l’utilisation de caméras corporelles qui permettent de filmer les interventions des policiers.
  • La Sûreté du Québec va mener ces quatre projets pilotes dans différentes régions. Le premier devrait débuter à Rimouski la semaine prochaine.

Selon la ministre de la Sécurité publique Geneviève Guilbault, un essai qui a été réalisé avec le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) a permis de cerner les différents enjeux liés au port de caméras par les agents.

  • Lorsque survient un événement malheureux, «il est facile de dire que les policiers auraient dû porter une caméra d’intervention, mais ce n’est pas aussi simple que ça en a l’air».
  • Elle mentionne des enjeux liés au financement de l’équipement, à l’arrimage de différentes technologies et à la gestion de la preuve.

Les nouveaux projets pilotes permettront, dit-elle, de corriger «les erreurs ou les problèmes» qui ont été observés.

L’affaire George Floyd a des retombées au Québec.

«Les combats menés pour les droits civiques aux États-Unis nous rappellent qu’il y a aussi du travail à faire au Québec», a dit le ministre responsable de la Lutte contre le racisme Benoît Charette.

  • Selon lui, l’affaire Floyd est «un message à l’endroit des policiers»: de tels comportements «sont punissables par la justice».

Benoît Charette invite les Québécois à filmer les abus dont ils sont témoins.

  • Il note que, sans les images de l’arrestation de George Floyd prises par des passants, «il n’y aurait pas eu d’accusations». 


Johanna Sabys