Malgré l’exemple de Nuvei, peu d’entreprises québécoises se préparent à entrer en bourse

Publié le 5 oct. 2020
par Alain McKenna
  • Les bourses nord-américaines sont redevenues attrayantes pour les entreprises qui souhaitent procéder cet automne à un premier appel public à l’épargne (PAPE).
  • Alors qu’on compte plusieurs inscriptions récentes d’entreprises américaines et quelques canadiennes, les entreprises québécoises, elles, sont encore très rares.

Certes, il y a eu le coup d’éclat de Nuvei, qui a fait la plus importante inscription d’une entreprise techno à la Bourse de Toronto, à la mi-septembre.

Mais la suite s’annonce plutôt calme du côté des entreprises québécoises:

  • Le fabricant de boissons énergisantes Guru devrait procéder à un PAPE d’ici la fin octobre.
  • Le PDG de la Compagnie Électrique Lion, qui fabrique des camions électriques à Saint-Jérôme, dit songer lui aussi à une inscription en bourse dans l’avenir.

Le Québec est sous-représenté en bourse.

  • Selon les données officielles, seulement 7 % des entreprises inscrites au TSX ou auprès de ses filiales ont leur siège social au Québec.
  • 40 % des sociétés du TSX sont établies à Ontario.
  • 40 % autres sont de l’Alberta ou de la Colombie-Britannique.

À titre comparatif, l’économie du Québec compte pour environ 20 % du PIB canadien.


Alain McKenna