ENTREPRENEURS, PROFESSIONNELS, INVESTISSEURS ENTREPRENEUR·ES et
PROFESSIONNEL·LES

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement du lundi au vendredi:

et un samedi par mois:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

InfoBref vous est offert gratuitement grâce au soutien de:

François Legault et Justin Trudeau défendent le vaccin d’AstraZeneca

Mis à jour le 31 mars 2022
par Johanna Sabys
François Legault et Justin Trudeau défendent le vaccin d’AstraZeneca

(Source: Twitter/ Émilie Nadeau)

  • Les premiers ministres ont réitéré leur confiance envers ce vaccin, dont l’utilisation est temporairement suspendue dans une quinzaine de pays européens.
  • Ces suspensions ont débuté après le décès d’une infirmière autrichienne quelques jours après qu’elle a reçu le vaccin. Mais aucun lien n’a encore été prouvé entre le vaccin et les quelques graves cas de caillots sanguins qui ont motivés ces suspensions.

François Legault et Justin Trudeau, réunis hier à Montréal, ont tous deux affirmé que le vaccin d’AstraZeneca est «sécuritaire». Ils encouragent tous les Canadiens à accepter le premier vaccin qui leur sera proposé.

Québec et Ottawa disent suivre de près l’évolution de la situation en Europe. Les premiers ministres ont souligné:

  • qu’aucun des lots d’où provenaient les vaccins impliqués dans ces cas n’a été expédié au Canada; et
  • qu’aucun lien n’a encore été établi entre l’administration du vaccin et de rares troubles de la coagulation sanguine répertoriés en Europe. 

François Legault dit vouloir continuer d’utiliser le vaccin d’AstraZeneca pour faire des vaccinations à domicile – parce qu’il est plus facile à transporter que ceux de Pfizer et Moderna.

À Ottawa, selon CBC et CTV, le Comité consultatif national de l’immunisation (CCNI) aurait même changé d’avis et serait sur le point de recommander aujourd’hui son administration aux personnes âgées de 65 ans et plus. Le Québec était jusqu’ici la seule province à l’administrer aux plus de 65 ans.

En Europe, la liste des pays qui suspendent l’utilisation du vaccin s’allonge de jour en jour.

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) et l’Agence européenne des médicaments (AEM) assurent qu’il n’y a pour l’instant aucune raison de ne pas l’utiliser.

  • Néanmoins, l’AEM doit se prononcer à nouveau cette semaine, après avoir examiné les dernières données. 


Johanna Sabys