ENTREPRENEURS, GESTIONNAIRES et PROFESSIONNELS ENTREPRENEUR·E·S ET
PROFESSIONNEL·LE·S

Voici l’info qu’il vous faut:
pertinente, utile et brève

Recevez gratuitement chaque jour:

Votre adresse servira uniquement à vous envoyer nos infolettres. Vous ne recevrez pas de courriels publicitaires et vous pourrez vous désabonner en tout temps.

Un éclatement de la bulle immobilière ferait plus mal au Canada qu’aux États-Unis

Publié le 6 nov. 2022
par Félix Côté
  • C’est ce qu’a écrit dans une note à ses clients l’économiste canadien et président de la firme Rosenberg Research, David Rosenberg. 
  • Il avertit que les Canadiens se sont beaucoup plus endettés que les Américains pour acheter des biens immobiliers. Par conséquent, le Canada est «extrêmement exposé» à une bulle immobilière, plus que les États-Unis. 

La dette par rapport au revenu disponible est beaucoup plus élevée au Canada qu’aux États-Unis, observe Rosenberg, qui cite des données de la firme américaine Haver Analytics.  

  • Les Canadiens doivent en moyenne 1,65 $ pour chaque dollar qu’ils gagnent. 
  • Les Américains doivent 1 $ pour chaque dollar qu’ils gagnent. 

Beaucoup de Canadiens ont opté pour un taux variable, s’inquiète aussi l’économiste.

Un taux variable fait en sorte que le paiement hypothécaire augmente considérablement à chaque hausse du taux directeur. 

  • 34% des Canadiens ont une hypothèque à taux variable.
  • 5% des Américains ont une hypothèque à taux variable.

Enfin, Rosenberg souligne aussi qu’en moyenne, la moitié de la valeur nette des Canadiens est liée à des actifs immobiliers, soit 2 fois plus que les Américains. 

Félix Côté